La Santé en Voyage


Préparer son Tour du Monde / lundi, août 6th, 2018

Vous avez décidé de partir en voyage dans de lointaines contrées exotiques et c’est super ! Mais attention, en voyage, en particulier dans ces fameuses contrées, les conditions sanitaires sont loin de respecter nos normes occidentales hyper aseptisées. Notre frêle système immunitaire européen ne fait pas souvent le poids contre l’eau du robinet de la plupart des pays du monde.

Plutôt prévenir que guérir ! Voici nos conseils pour rester en bonne santé tout le long de votre voyage.

Les vaccins

Incontournables, les vaccins vous permettront de vous prémunir de quelques sales maladies bien tenaces : hépatite A, fièvre jaune, encéphalite japonaise… que de réjouissances au programme. Vous l’aurez compris, vous pouvez zapper la case vaccin, mais c’est pas très malin.

Trouver le bon endroit pour se faire vacciner

Pour se faire vacciner à Paris il existe plusieurs centres de vaccination internationale dont les prix diffèrent pour des raisons assez obscures.

Pour la petite histoire, nous sommes d’abord naïvement allés au centre de vaccination Pasteur dans le 15ème. On a pris un petit ticket comme à la boucherie et on est allé poireauter toute la matinée dans le PMU d’en face.

Vers midi on peut enfin s’enregistrer administrativement. En même temps on reçoit un autre ticket pour la consultation et l’ensemble des tarifs du centre. On s’assied et on commence à calculer à combien ces petites piqûres vont nous revenir au total… cher, trop cher ! Un peu dépités, on vérifie sur internet si ces prix sont dans la norme.

Au bout de 5 minutes de recherche on réalise que les tarifs pratiqués par ce centre sont particulièrement élevés et on repère immédiatement une bonne alternative : le centre de vaccination de l’hôpital St Louis Lariboisière dans le 10ème. On quitte le centre Pasteur vers 13h alors qu’on y a passé la moitié de la journée pour rien. La prochaine fois on se renseignera un peu mieux…

Se lever tôt pour faire des économies

Alors oui les vaccins sont bien moins chers au centre de vaccination Lariboisière mais pour en profiter il faut se lever très tôt ! Si comme nous, vous travaillez en semaine et voulez vous faire vacciner le week-end, sachez que le centre ouvre dès 8h30 tous les samedis. Pour avoir son ticket, mieux vaut arriver entre 7h et 7h30 car à 8h30 les 45 places disponibles sont déjà pourvues par les personnes qui campent devant le bâtiment depuis parfois plus d’une heure.

Par exemple, on est arrivé à 7h30. 3 personnes attendaient devant la porte avant nous. Au bout de 5 minutes une infirmière est sortie et nous a tous donné un ticket. On était les 21èmes sur 45. En attendant que le service ouvre on est allé se mettre au chaud dans le hall de l’hôpital et à 8h30 on est retourné devant la porte. C’était la cohue complète. Une foule de personnes mal renseignées essayait d’entrer sans ticket, ne comprenant pas que le service était déjà complet avant même qu’il n’ouvre. Les infirmières tentaient tant bien que mal d’endiguer les énervés tout en vérifiant les tickets de ceux qui en possédaient un.

Niveau timing, sachant qu’on était 21èmes et 22èmes sur 45, on s’est enregistré vers 9h15, on a eu une consultation vers 11h30, les injections vers 12h et à 12h30 on était à la maison.

Quels vaccins pour quels pays ?

Le choix des vaccins dépend bien sûr de votre projet de voyage. Même si vous n’êtes pas du tout documentés, un médecin spécialisé vous conseille selon vos destinations et ce que vous comptez faire pendant votre voyage. Il ou elle vous donne pas mal d’infos sur où et comment prendre un traitement antipaludique et vous repartirez même avec une ordonnance pour les basiques de votre future trousse à pharmacie de voyage : Spasfon, Doliprane, Imodium…

En ce qui nous concerne, on a fait les vaccins suivants : Typhoïde, Encéphalite Japonaise (2 injections), Hépatite A, Fièvre Jaune et rappel du DTP.

Sylvain a fait tous ses vaccins au centre, alors que Salomé s’était déjà fait prescrire le rappel du DTP et le vaccin contre l’hépatite A par son généraliste. Les injections ont été gérées à la maison par un pote/coloc/infirmier à domicile (ouais, on s’éclate dans nos soirées !).

L’encéphalite Japonaise nécessite 2 injections. On a donc eu la première ce fameux samedi matin. Pour la 2ème en revanche on n’a pas eu la foi de se refaire un samedi matin aussi long. On a donc pris rendez-vous un lundi et on a géré ça au niveau du boulot.

On a zappé l’hépatite B. Salomé n’a pas été vaccinée au collège et elle n’en est pas morte donc pas de raison de se faire vacciner contre une MST alors qu’on part en couple. Bon c’est peut-être un peu radical mais le médecin a tout à fait compris. On a aussi zappé la rage pour plusieurs raisons : c’est un vaccin cher, souvent mal supporté, et qui en plus ne protège pas à 100% donc en gros si on se fait attaquer par une bestiole on ira de toute façon à l’hôpital que l’on soit vacciné ou pas.

On précise que ce sont des choix personnels et qu’il ne s’agit en aucun cas de l’unique conduite à tenir vis-à-vis des vaccins. Dans tous les cas, demandez conseil au médecin pendant la consultation, il saura vous guider dans cette démarche.

La trousse à pharmacie

Vous voilà vacciné, excellente nouvelle ! Cela dit, les vaccins ne font pas tout. Il est indispensable de partir avec une trousse à pharmacie adaptée à votre voyage et à vos besoins.

Comment gérer son antipaludique en voyage

Alors ça c’est la grosse question que l’on se pose ! Super utile comme info sur un blog hein ?

Nous avons une ordonnance pour de la Malarone délivrée par le médecin pendant la consultation au centre de vaccination…voilà.

Bon, on l’avoue on est un peu largués sur le sujet. On sera certainement en mesure de faire un erratum une fois le voyage entamé mais pour l’instant on en est encore à éplucher les blogs des autres voyageurs à la recherche de la gestion optimale de l’antipaludique.

On aimerait vraiment ne pas en prendre du tout, mais on se doute que parfois ça risque d’être un peu limite. On ne sait pas combien de boites emporter puisqu’on ne connait pas encore notre parcours avec précision. Qui sait si on ne va pas rencontrer des gens sympas qui vont nous conseiller d’aller visiter un coin magnifique et méconnu au fin fond de la jungle avec du palu partout… arghhh c’est à s’arracher les cheveux.

En tous cas on a trouvé une pharmacie sur Paris qui vend un générique de la malarone à 7,99€ / boite (prix en Juin 2018). On s’est noté ça dans un coin de l’esprit et on y réfléchira ultérieurement. #procrastination #affaireàsuivre

Médicaments et produits de parapharmacie en voyage

Pour constituer au mieux sa pharmacie, rien ne vaut les conseils d’un professionnel de santé. Pour nous, la meilleure option est de prendre rendez-vous avec notre généraliste pour faire un point complet sur nos besoins.

Le médecin du centre de vaccination nous a déjà prescrit quelques médicaments mais honnêtement, on ne sait plus ce qu’on a fait de l’ordonnance… #organisation. En réalité ce n’est pas bien grave puisque cette ordonnance n’était pas assez complète à notre goût.

Loin d’être des accrocs aux médocs (plutôt le contraire en fait), on aimerait tout de même être autonomes dans notre médication et ne pas avoir à courir de pharmacie en pharmacie en priant que l’on se soit bien compris sur le nom de la molécule. Ok, un pharmacien est censé être compétent quel que soit le pays où il exerce mais on ne sait jamais…

Concrètement ça donne ça :

La parapharmacie

  • 1 spray anti-moustique spécial tropiques
  • 1 tube d’Apaisyl
  • 1 gel hydroalcoolique (50mL)
  • 1 tube de Biafine
  • 1 flacon de solution antiseptique (100mL)
  • 1 boite de compresses de gaze stériles
  • 1 rouleau de pansement découpable
  • 1 rouleau de sparadrap

Les médicaments

  • Anti-vomitif: Vogalène-Lyoc 7.5mg (16 comprimés)
  • Antidiarrhéique léger: Smecta (30 sachets) et Nifuroxazide 200mg (28 gélules)
  • Antidiarrhéique sévère: Lopéramide 2mg (20 gélules)
  • Douleurs abdominales: Spasfon-Lyoc 80mg (10 comprimés)
  • Paracétamol: Doliprane 1000mg (2 fois 8 gélules)
  • Antibiotique à large spectre: Amoxicilline 500mg (3 fois 12 gélules)
  • Antibiotique en cas d’infections urinaires: Monuril 3g (une dose)
  • Ovules antifongiques: Econazole LP 150mg (2 ovules)
  • Antihistaminique (Loratadine ou Clarytine, 2 boites de 15, soit un mois de couverture)

Vous voilà maintenant parés pour affronter les vilaines petites bactéries qui vont jalonner tout votre périple.

Mais aussi vaccinés et équipés que vous ne puissiez l’être, conservez surtout une chose à l’esprit : le moral joue énormément sur le système immunitaire. Alors, gardez la pêche et prenez bien soin de vous pendant le voyage et au-delà !

Facebook
Twitter
Pinterest

3 réponses à « La Santé en Voyage »

  1. La santé, quand on en a une rayonnante comme la vôtre, il faut essentiellement la préserver, des vilaines petites bestioles, plus ou moins microscopiques. Et c’est dans l’alimentation qu’elles préfèrent se cacher, comme en Inde, n’est-ce pas, « Sushi » ? Comment savoir si ce qu’on ingère est sain ? Passé le filtre de la méfiance, n’est-ce pas une question de roulette ? (éviter la russe, qui a mauvaise réputation). Après, il ne reste plus qu’à s’en remettre à la chance, laquelle, malheureusement, est souvent un peu distraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *