Passage Frontière Cambodge Laos à la Cool


Cambodge, Laos, Passages Frontières / lundi, décembre 3rd, 2018

Notre visa du Cambodge expire d’ici quelques jours et nous sommes désormais au nord du pays, à quelques kilomètres de la frontière avec le Laos ‒ notre prochaine destination.
Mais avant d’arriver en terre promise, il nous faut gérer le pénible passage frontière Cambodge-Laos. On vous raconte comment ça s’est passé pour nous.

Préparation Psychologique à Stung Treng

Stung Treng est la dernière ville du Cambodge avant le Laos. Pas très glamour comme ville, elle n’en reste pas l’endroit idéal pour se reposer encore quelques jours au Cambodge et préparer son passage frontière Cambodge-Laos.

Ce qu’il faut savoir sur l’Asie du Sud Est c’est que c’est clairement pas l’espace Schengen. Pour Salomé qui avait l’habitude de traverser le Rhin toutes les 2 semaines pour aller faire ses courses en Allemagne, l’idée qu’elle puisse rencontrer des difficultés à traverser la frontière entre le Cambodge et le Laos est une véritable source d’angoisse.

Dans les grandes lignes, le passage frontière terrestre entre le Cambodge et le Laos est connu comme l’un des plus corrompus du continent. On a lu des tas de témoignages complètement invraisemblables et ça ne donne pas du tout envie d’aller se frotter aux douaniers.

Le grand classique c’est 1 USD exigé par les douaniers Cambodgiens pour le tampon de sortie du pays, puis côté Laos, encore 2 USD pour le Visa en plus des 30 USD règlementaires et puis 1 petit dollar de plus pour le tampon, comme ça pour la forme. Parfois on peut se faire courser par des « infirmières » qui essaient de prendre notre température moyennant 1 USD supplémentaire. WTF ???

Voilà dans les grandes lignes comment ça peut se passer si le chauffeur de bus ne vous a pas déjà confisqué votre passeport en vous expliquant gentiment qu’il va s’occuper des formalités pour vous pour 40 USD au lieu des 30 règlementaires.

C’est tous ces scénarios catastrophes qui nous ont donné envie de ne pas nous laisser faire ! Déjà toi le chauffeur de bus, t’es là pour conduire un bus, pas pour traficoter des trucs avec mon passeport donc bas les pattes. Quant aux douaniers, ils peuvent se brosser avant de recevoir 1 centime de plus que le prix du Visa actuellement en vigueur.

Le Jour J

Après 3 jours à Stung Treng à imaginer tous les scénarios possibles, on se dit que le meilleur moyen de savoir comment ça va se passer pour nous c’est d’y aller. De toutes façons on ne peut pas rester éternellement au Cambodge.

Pour 12 USD dans une agence lambda, on achète donc un billet de bus au départ de Stung Treng et à destination de Don Det, une petite île au cœur de Si Phan Don (les 4000 îles). Le départ est prévu le lendemain à 10h30. Le bus est censé nous chercher à la guesthouse. Mouais… on va voir.

Le lendemain matin, on est sur le pied de guerre. A 10h20 on est déjà prêt sachant très bien que les bus au Cambodge sont systématiquement en retard mais bon ça rassure Salomé. #stresséedelavie

Un Hollandais attend aussi un bus qu’on lui avait annoncé à 9h40 mais il semblerait qu’on prenne le même véhicule puisqu’on va tous au même endroit. On papote un peu avec lui. Il ne veut pas non plus payer de bakchich à la frontière. Parfait, on est maintenant trois !

Le bus arrive à 11h avec seulement 30 minutes de retard. On salue la performance. Une fois en route on commence à discuter avec Alix et Emilien, le couple de Français à côté de nous. On échange sur nos voyages respectifs bien sûr mais le sujet principal reste le passage frontière. Eux non plus ne veulent pas payer de bakchich. Le groupe de résistants grandit, c’est très bien !

Obtenir un Tampon de Sortie au Cambodge : 0$

Au bout d’une petite heure de route on arrive à la frontière. On souffle car le chauffeur ne nous a même pas calculés pendant le trajet. Aucune tentative d’arnaque de sa part en tous cas. Quand on descend du bus il baragouine vaguement un truc au sujet d’un changement de bus. La plupart des passagers attendent au niveau d’un petit restau. Nous, on prend nos sacs et on se dirige d’un pas décidé vers la frontière. Le chauffeur n’a pas l’air étonné et finalement tout le monde suit le mouvement.

Une fois dans le bureau on file nos passeports et on donne nos empruntes. On voit les gens défiler en donnant 2 USD pour récupérer leur passeport. On a envie de crier « Arrêtez bon sang, vous savez bien que c’est gratuit ! » mais si on veut récupérer nos passeports rapidement, mieux vaut se faire discret.

Tu veux ton Passeport ? Alors Paye !

Quelques minutes plus tard Emilien est appelé au guichet. Un agent lui montre son passeport tamponné et lui demande évidemment 2 USD. Il refuse. Le douanier récupère immédiatement le passeport et appelle la personne suivante. C’est le même cirque pour toutes les personnes qui refusent de payer. On est maintenant 8 à squatter littéralement tout l’espace du bureau avec nos gros sacs.

On se met à l’aise ne sachant pas combien de temps les douaniers vont tenir. Certains sortent un livre. D’autre surfent sur leur smartphone. Sylvain et moi entamons une partie de Star Realms. On a tout notre temps !

Au bout d’un petit quart d’heure, un douanier sort du bureau et vient nous faire un sketch des plus lamentables.

Il prend sa grosse voix et commence à nous demander si on est un groupe. On lui dit qu’on ne se connait pas, qu’on était juste dans le même bus, basta. Ensuite dans un anglais catastrophique il commence à nous faire un discours ridicule. On capte juste des mots clés du style « money », « border », « visa ». Il doit se sentir un peu seul car personne ne lève la tête et chacun continue à vaquer tranquillement à ses activités.

Ça marche puisqu’il rentre immédiatement dans son bureau, une petite fenêtre s’ouvre et nos passeports apparaissent comme par magie. Etape 1 : Check !

Obtenir un Visa à l’Arrivée à la Frontière Cambodge Laos : 30 USD

Nous sommes maintenant en zone internationale. On marche quelques mètres entre les deux postes frontière. On s’attendait à croiser les fameuses blouses blanches avec leur pseudo thermomètre mais elles doivent être en pause dej. ˆˆ

Arrivés au poste frontière du Laos, on remplit sagement notre petit formulaire de demande de visa, on donne notre photo d’identité et nos 30 USD. Le douanier nous remercie poliment et nous annonce 25 minutes d’attente. Ok, elle est où l’arnaque ?

On s’installe en face du bureau et on attend. Ça prend un peu plus de 25 minutes mais guère plus et pouf nos passeports sont là, avec visa et tampon en bonne et due forme. On ne nous a même pas demandé de bakchich ! Nous sommes presque un peu déçus. ˆˆ

Photo de groupe avec les visas laotiens à la frontière
Victoire ! featuring Alix et Emilien

Arrivée aux 4000 îles : Après l’Effort, le Réconfort

Quand on quitte le poste frontière, aucun véhicule ne nous attend. Les autres touristes avec qui ont partageait le bus au Cambodge et qui ont payé les bakchich ont disparu depuis déjà bien longtemps. On est optimiste malgré tout. À un moment ou à un autre, un bus finira bien par se pointer. On s’installe donc dans l’herbe et on papote en attendant on ne sait trop quoi.

Et là, miracle, le mini bus qu’on avait vu partir quand on attendait nos passeports réapparait. Il n’aurait de toutes façons pas pu nous prendre sur le premier trajet puisqu’il était déjà plein. Tout se goupille parfaitement. On grimpe tous dedans en direction de Nakasang où nous attend un petit bateau pour Don Det.

À Nakasang, il n’y a pas grand chose mais on a quand même trouvé un ATM puisque c’est là que tous les touristes retirent du liquide avant d’aller à Don Det. Dans une petite épicerie on achète aussi une carte SIM laotienne et quelques gigas d’internet et hop on est sur le bateau !

Sylvain, Salomé, Alix et Emilien sur le bateau vers Don Det, Laos
En route pour Don Det !

Nous sommes maintenant sur notre petite île et franchement, on a plus envie d’en partir ! On vous raconte pourquoi dans notre prochain article.

En attendant, voici quelques conseils pour passer la frontière Cambodge Laos sans encombre… et sans bakchich.

Petits Conseils pour un Passage Frontière Cambodge Laos en Douceur

  • Refusez systématiquement de donner votre passeport à quelqu’un d’autre qu’à un officiel à la douane.
    Si le chauffeur de bus par exemple insiste pour récupérer votre passeport avant la frontière, expliquez lui calmement mais fermement que vous allez gérer ça vous-même. C’est votre droit le plus fondamental et c’est surtout comme ça que ça se passe normalement.
  • Munissez-vous de photos d’identité. On a entendu qu’on peut en faire faire à la frontière mais, trop contents d’avoir trouvé une faille, ils vous les facturent un bras.
  • Quittez le Cambodge le plus tôt possible. Quel que soit votre point de départ, plus vous partez tôt, plus vous avez de temps devant vous pour attendre votre passeport aux différents postes frontières. Nous n’avons pas attendu très longtemps mais ça peut être plus compliqué, fonction de qui est au guichet et de son humeur.
  • Ne vous inquiétez pas pour le bus ! Souvent les gens payent car ils ont peur que leur bus ne les attende pas. Tout d’abord sachez que le bus Cambodgien qui vous amène à la frontière ne la traversera pas. C’est donc un autre véhicule qui vous récupère côté Laos. Avec votre ticket de bus en poche vous pouvez moyenner pour monter dans à peu près n’importe quel véhicule en direction de votre destination tant qu’il y a de la place. Sinon, vous prendrez le suivant quitte à patienter un peu.
  • Prévoyez tout de même 1 ou 2 billets au cas où les choses tourneraient en votre défaveur. Ne sachant pas à quelle sauce on allait être mangé, nous avions planqué tout notre argent en gardant à portée de main 5300 Riels et 2 dollars pour nous 2 au cas où on ne nous laisserait vraiment pas passer. C’est triste mais il faut être pragmatique.
  • Prévoyez de l’eau et quelque chose à grignoter. Même si pour nous tout s’est bien passé, la journée a été longue. Entre le trajet de bus jusqu’à la frontière, l’attente du tampon de sortie au Cambodge, l’attente du Visa au Laos, l’attente du bus… Au bout d’un moment, c’est sympa d’avoir un petit truc à se mettre sous la dent. Et puis si les choses se compliquent, ça redonne du courage !

Notre récit n’est pas le plus foufou que vous puissiez trouver sur la toile, on l’admet. Mais on a quand même voulu en parler parce qu’à force de ne lire que des mauvaises expériences on en a eu des boutons.

C’est bien de pouvoir se dire que les choses ne se passent pas toujours super mal.

En tous cas, on souhaite à tous un passage frontière Cambodge-Laos aussi cool que le nôtre ! 😉

Facebook
Twitter
Pinterest

7 réponses à « Passage Frontière Cambodge Laos à la Cool »

  1. Ah ah ah!
    Super récit !
    Bon faut pas essayer ce genre de trucs dans des pays où les douaniers sont armés…
    Mais bravo!
    Profitez bien du Laos !!

    1. Ah non certes on tentera pas ça n’importe où. Mais bon en l’occurence, la seule arme du douanier qui a essayé de nous faire payer était sa rhétorique en anglais et il manquait clairement de munitions 😉

  2. « La grande vadrouille », votre passage de frontière !
    Vous avez bien fait de la jouer « le cerveau » comme « l’as des as », pour assurer « la carapate » et ne pas être « le corniaud » de ces vautours qui ont « la soif de l’or ».
    C’est en tout cas ce qu’aurait pu dire Gérard Oury, dont certains titres de films sont cités ici.
    Préparez-nous bien des délices laotiens. Ce qui ne devrait pas être trop difficile, compte-tenu de votre entraînement, maintenant et des commentaires inflammables de notre Albatros, à son retour de vacances là-bas !

  3. Gloire aux héros de la résistance à la corruption !
    Mais avez-vous songé aux échéances de remboursement de l’emprunt que chacun de ces douaniers a consenti pour obtenir cette charge ?
    Mauvais esprit mis de côté, la corruption est effectivement l’un des freins les plus puissants au développement économique d’un pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *