Passage Frontière Laos-Thaïlande : De Luang Namtha à Chang Rai


Laos, Passages Frontières, Thaïlande / lundi, janvier 7th, 2019

Expiration de visa imminente ! Il est temps pour nous de quitter le Laos et de rejoindre Chang Rai, au Nord de la Thaïlande. On est triste de quitter notre pays coup de cœur et en même temps excité à l’idée de découvrir une nouvelle destination.

Voici nos quelques conseils pour un passage frontière Laos-Thailande de Luang Namtha à Chang Rai.

Billet de Bus Direct Luang Namtha ➡ Chang Rai : La Fausse Bonne Idée

En jetant un coup d’œil aux prix proposés par les guesthouses pour aller à Chang Rai « directement » on a failli s’étrangler. 25€… euh, tu nous prendrais pas pour un jambon par hasard ?

En plus, en y repensant, on est même pas sûr que le trajet soit si direct que ça. Par là on veut dire qu’il est fort possible qu’un changement de bus soit nécessaire à un moment donné. On ne va pas spéculer plus que ça parce qu’au fond on en sait rien. On ne sait même pas combien de temps ce type de trajet est censé durer. Une chose est sûre : le prix ne convient pas du tout à notre porte-monnaie.

Exit donc le ticket pour Chang Rai, on va se débrouiller comme des grands !

Billet de bus Luang Namtha ➡ Huay Xai

La première étape pour se rendre en Thaïlande depuis Luang Namtha est de se rendre à Huay Xai, la ville frontalière.

Dans les agences et les hôtels le prix affiché pour aller de Luang Namtha à Huay Xai est de 90000 kips (environ 9€) partout en ville. On fait la moue en leur disant que le prix à la station de bus est de 60000 et que le tuk tuk pour aller à la gare routière coûte maximum 20000 kips par personne.

« J’ai vraiment envie de te l’acheter ce billet mais tu me prends pour une huitre alors je sais pas si tu le mérites »

Et paf, on nous propose direct un billet à 80000 kips.

On pèse le pour et le contre mais franchement on a pas envie de marcher 10 km de bon matin. Et on sait qu’essayer de négocier avec un chauffeur de tuk tuk au Laos, c’est comme demander un découvert à son banquier. Ça marche rarement.

On achète donc notre ticket avec transfert inclus auprès de notre guesthouse pour 80000 kips.

Départ du Laos Tôt le Matin

S’il y a bien une chose que l’on a compris au bout d’un mois au Laos, c’est que les trajets sont longs… trèèèèès longs.

Si comme nous vous quittez le pays le jour d’expiration de votre visa, prenez de la marge. Même si la frontière est à même pas 200 km on ne sait jamais ce qui peut arriver : travaux intempestifs au milieu de nulle part, panne de bus, effondrement de chaussée… bref vive le Laos. ˆˆ

Et si rien ne tout ça ne vient gâcher votre trajet, ça sera long quand même !

Nous quittons donc le centre de Luang Namtha vers 7h30 en tuk tuk pour rallier la station de bus locale à 10km au sud de la ville alors que notre bus part à 9h. L’avantage en arrivant tôt c’est qu’on peut choisir les meilleures places du bus. Les grandes jambes de Sylvain ont besoin d’espace.

9h, le bus est complet, on démarre ! C’est déjà une petite victoire. Si le bus n’avait pas été complet on aurait du attendre peut être plus longtemps.

Dernier Tuk Tuk au Laos

Le bus local nous dépose vers 12h45 à la station de bus de Bokéo au sud de Huay Xai. Le poste frontière est à 5km encore un peu plus au sud. Bien évidemment des tuks tuks nous attendent à la descente du bus.

On sait par nos copains Alix et Emilien qui ont passé la frontière la veille que ce trajet en tuk tuk est de 20000 kips par personne. Du coup quand le chauffeur annonce 25000 on lui fait comprendre qu’il est bien gentil mais qu’il aura 20000 et pas plus.

Un Japonais et un Taiwanais s’apprêtent à payer 25000 quand Salomé débarque avec ses gros sabots.

« Tatata les gars, remballez la monnaie ! Le gentil chauffeur de tuk tuk il est en train de vous la faire à l’envers là. »

Bon elle l’a peut être pas dit comme ça mais le chauffeur accepte les 20000 kips par tête de pipe et nous emmène tous au poste frontière.

Passage Frontière Laos Thaïlande Peinard

Pour sortir du Laos on doit remplir un petit formulaire tout bidon avant de passer devant Mr le Douanier. Quand Salomé lui tend son passeport il fait des yeux ronds en voyant la date d’expiration du visa. Et oui on l’a usé jusqu’à la corde notre visa Laotien.

Tampons Laotiens dans le passeport
Tampon d’entrée… Tampon de sortie

Avec son plus grand sourire, Salomé lui dit qu’on a adoré le Laos. On ne sait pas s’il a compris mais il rit franchement et tamponne nos passeports sans demander son reste. Un douanier sympa, ça change !

On sort du poste frontière. Là, il faut qu’on traverse le Mékong via le « Pont de l’Amitié ». Il faut savoir que ce pont ne peut pas être traversé à pieds. On paye donc les 7000 kips règlementaires pour grimper dans un bus qui nous mène au poste frontière Thaïlandais.

Une fois encore on remplit un petit formulaire. On bug un peu quand il faut renseigner la durée du séjour. On ne sait pas si ça vaut le coup de demander une exemption de visa de 30 jours alors qu’il va nous en falloir une autre en mars et qu’en même temps on a droit qu’à 2 exemptions par année calendaire mais que celle-ci sera à cheval sur 2018 et 2019 et qu’aussi on a pas de justificatif de sortie de territoire… Bref, on sait pas trop. Pis en plus on a lu plein de trucs avec des agents pas sympas qui exigent un justificatif.

Du coup on demande au douanier. Bon clairement lui il a l’air de dire « nan mais allez-y les gars, j’vous le fait votre tampon 30 jours, vous prenez pas la tête ». Bon ben s’il insiste. On a donc le droit de rester en Thaïlande gratos pendant 30 jours.

Tuk tuk, Encore et Toujours

Nous voilà en Thaïlande. Notre prochaine mission : aller à la station de bus de Chiang Khong pour attraper le bus local pour Chiang Rai.

Ici aussi on se fait saigner par les tuk tuks (60 THB pour 5km, environ 1.5€) mais avec le sourire. En plus le prix est affiché. Ah ben si le prix est affiché alors… On reçoit même un ticket. ˆˆ

Petit Bus Rouge pour Chiang Rai

Normalement le tuk tuk doit nous déposer à la gare routière de Chiang Khong d’où part un bus local pour Chiang Rai. On roule donc tranquillement vers la station quand notre voisin de tuk tuk fait signe au chauffeur de s’arrêter au milieu de nulle part. On ne comprend pas vraiment mais bon, en Asie on ne s’étonne plus de rien.

C’est quand il descend en trombe du véhicule que l’on aperçoit le petit bus rouge sur la voie d’en face. C’est le bus pour Chang Rai. Ni une ni deux on saute nous aussi du tuk tuk en faisant des grands signes. Le chauffeur est sympa, il nous attend. On a à peine le temps de grimper que le bus hors d’âge démarre.

Selfie dans le bus pour Chang Rai, porte grande ouverte
La porte arrière reste ouverte pendant le trajet : plus rapide pour charger et décharger les gens !

2 heures plus tard on arrive à Chang Rai. Comme c’est sur sa route, le petit bus rouge nous dépose devant notre guesthouse. Si c’est pas la classe ça !

Il est 16h30. Notre passage frontière s’est déroulé comme sur des roulettes. Il est maintenant temps d’aller au Night Market pour fêter ça avec Alix et Emilien arrivés la veille.

Récapitulatif des Trajets et Tarifs

Trajet Prix  Durée
Transfert en tuk tuk de Luang Namtha centre à la gare routière 20000 kips/pers.* 15 min
Bus de Luang Namtha à Huay Xai (gare routière de Bokéo) 60000 kips/pers.* 4H
Transfert en tuk tuk de la gare routière de Bokéo au poste frontière Laotien 20000 kips/pers. (difficilement négociable en décembre 2018) 10 min
Traversée du Pont de l’Amitié (zone internationale) en bus 7000 kips ou 25 THB/pers. 5 min
Transfert en tuk tuk du poste frontière Thaïlandais à la gare routière de Chiang Khong 60 THB/pers. 15 min
Bus local de Chiang Khong à Chiang Rai (Terminal 1 au centre ville) 65 THB/pers. 2H à 2H30

*Le tout inclus dans un billet à 80000 kips acheté à la guesthouse.

Vous savez maintenant tout pour organiser votre Passage Frontière Laos Thaïlande facilement et à moindre coût.

Il est temps pour nous de découvrir Chang Rai et ses alentours. On vous en dit plus dans notre prochain article.

Facebook
Twitter
Pinterest

14 réponses à « Passage Frontière Laos-Thaïlande : De Luang Namtha à Chang Rai »

  1. Chouette un nouvel article !super bien trouvées les vidéos ! le passage est facile mais de nombreuses étapes !et vous payez,payez … merci de rappeler les conversions à la fin ou au début pour évaluer les sommes

    1. Haha j’ai du regarder la photo pour comprendre, ben c’est mon genou ! Et il est pas chauve il est juste un peu dégarni !

  2. Bon, alors, que j’me goure pas: faut pas prendre le bus de machin truc Matha, là, pour bidule Xai, là. C’est trop cher. Alors, j’vais prendre un tuk-tuk dans l’autre sens, et puis j’reviendrai. Et ensuite, faudra que je prenne le pont à pied, avant que le petit bus rouge n’attire l’attention du garde-frontière qui rigole tout le temps et qui m’a fourni l’ours qui se balance dans son fauteuil. Passque si on fait pas gaffe, on se fait prendre pour un jambon ou pour une huître, ce n’est pas très orthodoxe, dans la cuisine laotienne. Avec un peu de chance, on peut tomber sur le douanier chauve qui se cache derrière les passeports, passque lui il est très gentil, il rajoute des jours de séjour sans se faire prier. Vaut mieux suivre le mode d’emploi des SushiBiquette qui ont les idées claires, eux.
    C’est sûr que pour aller de Danrémont-Caulaincourt à Denfert-Rochereau, c’est beaucoup plus simple: suffit de changer à Gare du Nord direction Porte des Lilas, puis ensuite à Arts et Métiers, direction Pont de Sèvres, et enfin à Odéon, direction Porte de Charenton. Sans frontières, ni octroi à coup de dizaine de milliers de « Kips »…
    Mignons, les chats laotiens.
    Enfin, vous êtes passés, quoi. Ouf.

    1. Hahaha toujours aussi marrant tes commentaires ^^
      C’est sur que c’est plus simple d’aller à Denfert, et moins cher, mais faut faire gaffe aux pick-pockets et souvent on a des musiciens improvisés qui viennent nous retrousser les feuilles de chou dans les wagons ! Donc kif-kif bourricot comme qui dirait.

  3. Mon cher Sushi je constate que ta barbe d’islamiste manque de pendant en l’absence de tchador pour envelopper le sourire de Biquette.

    1. Ma barbe est agnostique ! Quant au malheureux qui tenterait de tchadorer la Biquette, il comprendra à coups de cornes son erreur !

  4. Post ကို Scriptum:
    တစ်ဦးအစ္စလာမ္မစ်ပင်ဗုဒ္ဓဘာသာမှအခြားဘာသာတရားကူးပြောင်းရန်အတွက်အာရုံစိုက်ချစ်လှစွာသောဆူရှီကြောင့်မဖြစ်နိုင်ပါ။**

    **Post Scriptum :
    Attention mon cher Sushi, il n’est pas permis à un islamiste de se convertir à une autre religion, même au bouddhisme.

  5. Bien sûr, tu peux toujours demander en Birmanie asile aux Rohingyas, mais parviendras-tu à convaincre Biquette de s’adonner à la prière cinq fois par jour ? À genoux ! Front contre terre !

    1. Sans façon, on passe notre tour. En plus vue ma souplesse légendaire, les prosternations semblent pour le moins compliquées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *