Passage Frontière Thaïlande-Birmanie : Un Jeu d’Enfant


Birmanie / Myanmar, Passages Frontières, Thaïlande / lundi, janvier 21st, 2019

Après une courte halte à Mae Sot, ville Thaïlandaise à la frontière Birmane, nous décidons un matin d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté de la rivière. 😉
Voici quelques conseils pour organiser un passage frontière Thaïlande-Birmanie sans stress.

Préparer sa Demande de Visa pour la Birmanie

Attention, la Birmanie ne propose pas de visa « On Arrival », c’est-à-dire au poste frontière. Il faut donc effectuer une demande de visa quelques jours avant l’arrivée à la frontière. Pour cela 2 options s’offrent à vous :

  1. Déposer une demande au consulat de Chiang Mai ou à l’ambassade de Bangkok. Nous avons fait nos démarches auprès du consulat de Chiang Mai. On vous donne toutes les infos pratiques dans la rubrique dédiée en fin d’article.
  2. Faire sa demande de e-visa en ligne. Très pratique, rapide mais un poil plus cher. Pour plus d’infos rendez vous sur le site officiel evisa.moip.gov.mm

Se Rendre à la Ville Frontalière de Mae Sot

En bus, comptez 6 à 7 heures de trajet depuis Chiang Mai et 8 à 9 heures depuis Bangkok.

Au départ de la capitale, un bus de nuit peut être une bonne option pour gagner du temps et passer la frontière dès le matin.

En partant de Chiang Mai le matin, il est possible de passer la frontière le jour même mais si vous souhaitez allez à Hpa-An dans la foulée, sachez qu’il va falloir enchainer 5 heures de taxi supplémentaires.

Départ de Chiang Mai à 8H30 / Arrivée à Hpa-An le soir entre 21H et 22H. Sinon, il est possible de passer la nuit à Mae Sot pour traverser tranquillement la frontière le lendemain matin.

Mae Sot… Et Ensuite ?

Une fois à Mae Sot, prenez un tuk tuk de la station de bus à la douane si vous souhaitez passer la frontière le jour même et si l’heure d’arrivée à Mae Sot le permet.

Depuis le centre ville, si vous avez opté pour une escale d’une nuit à Mae Sot, il suffit de se poser dès le matin au bord de la route et d’attendre qu’un taxi collectif passe. Un petit geste de la main pour lui faire signe de s’arrêter et en voiture Simone. La course est à 20 THB soit 0.5€ (Janvier 2019).

Postes de Douane et Petit Pont

Avant d’atteindre la terre promise il faut d’abord quitter la Thaïlande. Rapide vérification de notre Departure Card, petit coup de tampon sur le passeport et nous voilà en zone internationale.

Salomé se renseigne quant au guichet pour faire le tampon de sortie de la Thailande

La frontière entre la Thaïlande et la Birmanie est matérialisée par un pont qui enjambe la rivière Moei. Il faut donc traverser ce pont à pieds en quelques minutes.

Fun fact : en Thaïlande on roule à gauche alors qu’en Birmanie la circulation se fait à droite. Au milieu du pont il y a donc de grands panneaux indiquant aux véhicules qu’il faut changer de côté. On n’a pas ce problème entre la France et l’Angleterre. ˆˆ Là où ça devient encore plus rigolo, c’est que toutes les voitures Birmanes sont importées de Thailande et du Japon… donc avec le volant à droite ! Ainsi, en Birmanie, on peut conduire et faire des emplettes auprès de marchands ambulants assis sur le trottoir.

Pont qui constitue la frontière entre la Thailande et la Birmanie
Voitures changeant de côté de circulation au milieu du pont

De l’autre côté du pont, c’est la douane Birmane qui nous attend. Là aussi tout se fait très simplement et avec le sourire qui plus est. On remplit un petit formulaire, on présente nos passeports avec nos visas et on sourit pour la petite photo souvenir. Sylvain en profite pour tester les toilettes des douaniers (aussi luxueuses que celles d’une gare Indienne…) et on repart avec nos tampons.

Arrivée en Birmanie… et Après ?

Nous voilà officiellement en Birmanie pour 28 jours. Super sauf qu’à Miyawaddy, la ville frontalière du côté Birman, il n’y a clairement rien à faire.

Ça tombe bien, on avait décidé de se rendre à Hpa-An à 5H de route de la frontière. Nous avons vaguement entendu parler de bus locaux ralliant Hpa-An depuis Myawaddy mais on ne connait pas les horaires ni le point de départ. Et surtout, le meilleur moyen de se rendre à Hpa-An depuis la frontière c’est de prendre un taxi collectif. Cette solution est plus rapide et plus confortable… enfin en Birmanie tout est relatif n’est-ce pas. ˆˆ

Nous partageons notre taxi avec Claire et Chloé en voyage en Asie pendant quelques mois. Soyons clairs, on ne négocie pas vraiment en Birmanie. Le coût de la course est donc de 10 000 MMK par blanc personne que l’on soit seul ou à plusieurs dans le véhicule. Si vous ne remplissez pas la voiture, le chauffeur saura vous trouver des compagnons de voyage Birmans sans problème… qui voyageront à vos frais bien entendu. Allez, c’est de bonne guerre !

Avant d’entamer sérieusement notre découverte de la Birmanie, voici un petit récap des infos pratiques pour un passage frontière Thaïlande-Birmanie sans encombre.

Comment faire sa demande de visa pour la Birmanie ?

Le E-Visa pour la Birmanie en ligne : retrouvez toutes les infos sur evisa.moip.gov.mm

Le visa pour la Birmanie au consulat de Chiang Mai

Rendez-vous au consulat à l’adresse suivante:

94 Maneenopparat Soi 3
Chang Phueak, Amphoe Mueang Chiang Mai
Chang Wat Chiang Mai 50200

Ouvert du lundi au vendredi de 9H à 12H (pour le dépôt de demande) et de 15H30 à 16H30 (pour la récupération du passeport).

Munissez-vous au préalable des documents suivants :

  • Passeport (avec un durée de validité d’au moins 6 mois).
  • Copie du passeport.
  • 2 photos d’identité sur fond blanc format standard.
  • Copie de la réservation d’hôtel correspondant à la date d’arrivée que vous mentionnerez sur le formulaire.
  • Copie du billet d’avion de sortie du pays correspondant à la date de sortie que vous mentionnerez sur le formulaire.
  • 1600 THB en liquide.

Déposez le tout au guichet et comptez 3 jours ouvrés pour récupérer votre passeport. Si vous déposez votre demande le lundi, vous récupérez votre visa le mercredi.

Oulala mais ça en fait des papiers dis donc ! Et comment je fais si je ne compte pas prendre l’avion pour sortir du pays ?

Pas de panique, ils aiment bien les papiers en Birmanie mais ils ne sont pas très rigoureux. Pour la réservation d’hôtel, nous avons réservé sur Booking.com et avons annulé notre réservation gratuitement lorsque nous avons récupéré nos passeports.

Pour les billets d’avion, nous avons généré de faux billets sur le site retunrflights.net. Il n’y ont vu que du feu… ou alors ils s’en fichent complètement. Bref ça marche !

Pour ce qui est des dates de réservation de l’hôtel et du faux billet d’avion, assurez-vous juste qu’elles respectent la durée de validité du visa touristique soit 28 jours. Ces dates ne seront mentionnées nulle part sur votre visa. Vous pourrez donc entrer et sortir quand bon vous chante dans les 3 mois à partir de la date d’émission du visa et dans une limite de 28 jours sur le territoire.

Comment se rendre à Mae Sot depuis Chiang Mai ?

Prendre un bus Green Bus Lines depuis la gare routière de Chiang Mai. Réservez plusieurs jours à l’avance, cette ligne est souvent complète.

Départ à 8H30 (conseillé) ou à 13H10. 290 THB par personne. 6 à 7H de trajet.

Où dormir à Mae Sot ?

GG Sweet Home Guesthouse : des chambres propres, spacieuses et confortables pour 450 THB la nuit, petit déjeuner inclus. C’est plus cher que ce qu’on a payé en moyenne en Thaïlande du Nord mais ça dépanne pour une nuit.

Comment se rendre à la frontière depuis Mae Sot ?

  • Depuis la gare routière : en tuk tuk. Ils vous attendent bien sagement à la sortie du bus.
  • Depuis le centre-ville : sortez de votre hôtel, postez-vous au bord de la route et attendez qu’un tuk tuk collectif passe par là. Pour les reconnaitre, sachez qu’ils sont bleus marine.

20 THB par course par personne du centre ville jusqu’au poste de douane Thaïlandais. Le prix est fixe en ville. Si votre chauffeur vous demande plus, ça veut dire qu’il vous prend pour un pigeon.

Comment se rendre à Hpa-An depuis Miyawaddy ?

Prenez un des nombreux taxis collectifs stationnés dans la rue à la frontière.

Dès que l’on sort du poste de douane, on se fait assaillir par les chauffeurs de taxi. Ils voudront tous vous accompagner à l’ATM pour vous « aider » à retirer de l’argent. On a entendu parler d’arnaques autour de ça. Expliquez-leur donc fermement que vous allez d’abord retirer de l’argent TOUT(E) SEUL(E) comme un(e) grand(e) et que vous leur ferez signe quand vous serez prêt(e) à partir.

10 000 MMK par personne. 4 à 5H de trajet.

On espère que cet article a été utile… ou du moins instructif. ˆˆ Et on vous dit à bientôt au fond de la jungle Birmane ! #bobmorane #laventurier

Facebook
Twitter
Pinterest

10 réponses à « Passage Frontière Thaïlande-Birmanie : Un Jeu d’Enfant »

  1. Nan mais, vous avez vu ? Les commentaires, ça galope, ça y est, c’est la célébrité !
    Impressionnant. Mais quand on compte les « followers », on voit qu’il y en a un, en particulier, qui est addict. C’est mon grand frère, qui fait une belle démonstration de sa générosité et de son style flamboyant. Quoique ici, petite forme, en bas, moi je dis. Y a un laconisme peu courant. Manque d’encre dans le stylo, sans doute (cf. Christian: ma punition, à l’école, avec Mme Coty…). On vous racontera. Ou pas.
    Bon, trêve d’aparté, les frères Bernhardt, ça va bien, hein…
    Votre version du guide du routard, cette fois, est encore plus exemplaire. C’est tellement précis et complet, qu’on irait bien y faire un tour, à votre frontière, rien que pour voir. Comme on essaie un manège.
    Et puis on revisite en festival de Gifs les grands classiques, les Simpsons et Mr Bean. Ca doit vous prendre du temps, passque au passage, vous devez bien vous marrer, pour le choix.
    Fectivement, mon aîné a raison, le costume pour passage de douane de Biquette herself est très élégant. Le Noir c’est toujours un bon choix, impeccable.
    T’es en panne, Christian ? T’inquiète ! J’te remplace…

    1. Promis en rentrant je ferai des statistiques sur les commentaires pour voir lequel des deux frangins avait la plume la plus longue (quoique il parait que c’est pas la taille qui compte).

  2. « En panne » ?! – je retrouve ton sens légendaire de la provocation. Tu oublies en l’occurrence mon souci permanent de discrétion et de modestie.
    Quant à ta créativité – tant précoce que naturelle – improvisant le motif d’un manque d’encre à la maison pour exécuter ta punition, il commençait à prendre une longue vacance dans ma mémoire.
    Et puis, nos descendances n’ont-ils pas besoin que ce héros – troisième plus rigolo de la classe ! – témoigne lui-même de la véracité de ces hauts-faits ? Sinon, comment appréhenderont-ils l’acte de naissance de La Müs en frontière historique de la divine Alsace ?
    Je suis au moins rassuré à l’endroit de notre succession littéraire lorsque je suis et poursuis (tout pour !) l’élaboration du nouveau guide de l’Asie du sud-est concocté par les envoyés spéciaux de la famille, Biquette et Sushi.

  3. Addiction des plus saines, autant que celle à 🍺
    La liaison est certes trop facile, mais comment et faut-il résister à 🍻 ?
    D’autant moins, à mon sens, avec une Kaysersbergeoise de tête-cœur-tripes et un Strasbourgeois de savoureuse expérience et d’histoire qui en portent maintenant le témoignage au monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *