Siquijor : La Douceur de Vivre Insulaire


Philippines / lundi, mars 11th, 2019

Après l’effort, le réconfort ! Ce proverbe est tout à fait adapté à nos premières expériences aux Philippines.
Après une escale ratée à Bohol, nous nous réconcilions doucement mais sûrement avec ce pays merveilleux grâce à Siquijor, notre petite île coup de cœur.

Mission Prioritaire : Louer un Scooter à Larena

Contrairement à Bohol où notre débarquement s’est fait dans la confusion, nous sommes arrivés à Siquijor en mode ultra déterminé. N’ayant pas pu louer de scooter à Panglao car aucun n’était dispo, nous avons décidé que nous ne quitterions pas le port de Larena sans véhicule.

Nous avons pu embarquer sur le bateau pour Siquijor sans enregistrer le sac de Salomé. Le plan est donc le suivant : Sylvain embarque le sac et descend en premier du bateau pour partir en quête du précieux scooter. Pendant ce temps Salomé a le temps de récupérer le sac de Sylvain que nous avons du enregistrer en raison de sa taille.

Lorsque l’on se rejoint, Super Sushi, ultra efficace, a déjà négocié un scooter pour les 4 prochains jours à 300 PHP / jour. On charge l’engin avec tout notre bazar et filons vers San Juan où nous attend notre première guesthouse.

Une Arrivée à Siquijor Tout en Douceur

Nous découvrons avec un plaisir non dissimulé le bungalow dans lequel nous allons passer notre première nuit à Siquijor. Nous sommes accueillis par Paul, l’une des personnes les plus adorables que nous ayons rencontré depuis le début de notre voyage.

Après un petit café de bienvenu il nous fournit toutes les infos dont on a besoin et nous invite à partager le repas préparé par la guesthouse pour le Nouvel An Chinois. Au menu : fried noodles et un excellent sticky rice à la noix de coco et au lemongrass.

Sylvain et Salomé posent devant le buffet du Nouvel An Chinois
Happy Chinese New Year !

Un joli bungalow en bord de mer, un repas gratuit, un accueil souriant et enfin du soleil… On aime d’emblée Siquijor !

Passer son Open Water à Siquijor

L’un de nos objectifs à Siquijor est de trouver un club de plongée de confiance au sein duquel Sylvain pourra passer son Open Water de plongée. Pour les connaisseurs, l’Open Water de la fédération internationale PADI est l’équivalent du niveau 1 de la fédération de plongée Française.

Grâce à cette certification, Sylvain pourra alors plonger jusqu’à 18 mètres (au lieu de 12) sans avoir à repasser un baptême avant chaque session. Devinez d’ailleurs ce qu’il est en train de faire pendant que Salomé écrit cet article. Il est déjà accroc !

Le Salamangka Dive Resort

Nous découvrons le club de plongée Salamangka Dive Resort un peu par hasard sur la route entre San Juan et Lazi. Au départ on s’y arrête simplement pour obtenir quelques renseignements (prix, organisation…).

Sylvain est d’emblée conquis : le club est rattaché à un resort de luxe très bien tenu, on apprend que le dive master est Français ce qui facilite énormément la communication technique même si Sylvain parle couramment l’anglais. Et groooooos bonus : Salomé peut profiter de la piscine pendant que Sylvain passe sa certification.

Piscine du Salamangka Resort avec la mer à proximité
Eau salée et eau douce suivant les désirs

L’Open Water : comment ça se passe?

Un Open Water PADI se fait sur 3 à 5 jours. Nous n’avons que 3 jours devant nous. Il faudra donc opter pour la version accélérée en 3 jours.

Sylvain passe donc ses matinées au club pour la pratique et révise les connaissances théoriques le soir en vue de l’examen final. C’est parfait, ça nous laisse donc les après-midi libres pour explorer Siquijor.

Le premier jour il part seul car Salomé n’a pas le courage de se lever à 7H30. ˆˆ Il revient vers midi visiblement très satisfait. Cette première session est prometteuse. Il a déjà pu plonger et le courant passe très bien avec Ben, son dive master Normand.

Sylvain et Ben l'instructeur sur le bateau avec des bouteilles de plongée
Transmission de savoir autour de quelques bonnes bouteilles

Entre plongée et snorkeling à Siquijor

Le matin suivant, Salomé parvient à s’extirper du lit. Nous achetons quelques viennoiseries à la boulangerie juste à côté de notre hôtel et filons au club.

Après avoir dégusté notre petit déjeuner au bord de la piscine, Sylvain et Ben se mettent au travail. Ce matin 2 plongées en bateau sont prévues. Et encore plus grooooos bonus : Salomé peut se joindre aux plongeurs.

Viennoiseries sur le bar près de la piscine de Salamangka Resort
Le plein de calories avant de les bruler dans l’eau !

Nous passerons donc 2 matinées consécutives sur le bateau à découvrir les plus beaux spots de l’île en snorkeling pour Salomé et en plongée pour Sylvain. C’est aussi l’occasion pour Salomé de parfaire son bronzage. 😉

Sylvain au pieds de l'échelle du bateau en tenue de plongée
Sur les traces de Papa !

Et voici quelques extraits de nos diverses balades sous-marines 🙂

Snorkeling au Tubod Marine Sanctuary

Pour celles et ceux qui aiment faire du snorkeling, Siquijor dispose de l’un des plus beaux sanctuaires marins des Visayas : le Tubod Marine Sanctuary. L’accès est payant mais les 50 pesos d’entrée par personne valent le coup. Le spot est bourré de coraux et de superbes poissons.

En plus, ce sanctuaire est accessible depuis Tubod Beach l’une des seules plages de sable blanc de l’île où l’on ne ressent pas la marée. Nous avons donc mêlé snorkeling et farniente jusqu’au coucher du soleil en compagnie d’Amandine avec qui l’on partage nos derniers moments. Nos chemins vont définitivement se séparer à partir d’aujourd’hui. Mais t’inquiète pas Amandine, on se fait une frite tantôt ! 😉

Les Petites Perles de Siquijor

Siquijor est une île montagneuse également connue pour ses belles cascades, ses grottes et ses jolies routes de montagne. Sauf que nous on est venu aux Philippines pour voir la mer !

On a aussi appris que ces spots sont bourrés de Chinois. On a réussi plus ou moins à les éviter depuis notre arrivée à Siquijor, c’est pas pour aller à leur rencontre sur les spots les plus touristiques de l’île.

Guesthouse cachée et coucher de soleil

On prend donc la tangente et décidons de nous perdre sur les petites routes côtières qui longent le littoral entre San Juan et Lazi. C’est là que nous avons découvert l’un de nos endroits coup de cœur à Siquijor : L’Emocion Guesthouse, sa falaise et ses environs.

La guesthouse n’est pas encore ouverte mais Hugo nous accueille à bras ouverts et nous fait le tour du propriétaire. Les chambres sont magnifiques, la vue depuis le jardin est à tomber et ce calme… On adore aussi l’accès en bambou qui mène à la mer. Cerise sur le gâteau : on est seul dans ce petit coin de paradis.

Salomé et un Philippin descendent vers la mer le long d'une falaise
Petit accès à une crique depuis Emocion Guesthouse

On finit la journée sur la terrasse de la guesthouse en compagnie de Hugo, Ben et Sam (des backpackers Français hébergés par Hugo contre quelques coups de main), d’une bonne bière et d’un somptueux coucher de soleil… Que demander de plus ?

Salomé, Ben, Sam et Hugo sur des balancoires autour de l'apéro au coucher de soleil
Apéro chez Hugo

White Sand Beach

Siquijor n’est pas connue pour ses longues plages de sable blanc. Son littoral est plutôt constitué de rocailles et de falaises et c’est d’ailleurs ce qui lui confère son charme tout particulier.

Malgré cela on y trouve quand même quelques plages paradisiaques dignes d’une carte postale. Hugo le propriétaire d’Emocion Guesthouse nous a placé un marqueur au milieu de nulle part sur MapsMe en nous disant :

« Vous verrez, c’est une belle plage de sable blanc avec de l’eau turquoise »

On valide ! Nous nous retrouvons tout seuls une fois de plus sur cette plage bien tranquille.

Sable blanc recouvert d'eau cristalline
Du sable blanc et de l’eau crystalline… Ouai, on valide !

On aperçoit tout de même un autre couple de blancs au bout de la plage. En discutant un peu avec eux on découvre qu’ils sont Français et qu’eux aussi vont à Balabac exactement aux même dates que nous. En creusant encore un peu on réalise qu’on prend le même vol de Cebu à Puerto Princessa. Que le monde est petit tout compte fait !

Nous profitons d’un superbe coucher de soleil en discutant de nos projets de voyage et il est déjà temps de rentrer. Nous quittons Siquijor le lendemain avec un petit vague à l’âme.

Coucher de soleil sur la plage de sable blanc à Siquijor
Au revoir Siquijor…

Avant de vous retrouver au milieu des sardines de Moalboal on partage toutes nos petites adresses pour un super séjour à Siquijor.

Où dormir à Siquijor ?

En raison de la période nous n’avons pas réussi à trouver un logement dans notre budget pour 4 nuits consécutives. Nous avons donc passé notre première nuit à San Juan et les 3 nuits suivantes à Lazi.

  • Residencia Diosa à San Juan : un ensemble de chambres confortables et très propres reparties dans quelques bungalows en bord de mer. Le personnel est très sympa et toujours prêt à aider et à fournir des infos. Chaque chambre dispose d’une terrasse, d’une bombonne d’eau potable et d’une petite cuisine.
  • First Baby Bytes Guest House à Lazi : des chambres moins glamours qu’à Residencia Diosa, mais idéales pour les backpackers. Là aussi l’eau est gratuite. Les chambres sont spacieuses et très propres. Nous avions réservé une chambre avec salle de bain commune mais suite à un problème dans les sanitaires communs nous avons bénéficié d’une chambre avec salle de bain privative pour le même prix

Où manger à Siquijor ?

Après une 1ère expérience culinaire désastreuse à Bohol, les petits restaus de Siquijor nous ont permis de nous remettre de notre traumatisme et de renouer avec notre passion pour la bouffe. Voici quelques bonnes adresses :

A San Juan

  • Treasure Island : on valide les pizzas !
  • Chekesh Grill : un restau plébiscité par tous les expats de l’île et c’est vrai que c’est bon !
Deux pizzas très appétissantes
Les pizzas de Treasure Island, miam !
Belle pièce de porc avec du riz
Porc au barbecue chez Chekesh Grill

A Lazi

  • Twenty 4 Burger and Cafe : notre restau coup de cœur de l’île. Savoureux, copieux, pas cher, accueil souriant, service efficace. C’est donc un carton plein pour ce petit établissement fréquenté par les touristes et les locaux. Testez leur Halo Halo, une tuerie !
Un Halo Halo, dessert multicolore
Le Halo Halo, un arc-en-ciel de saveurs

Où boire un verre à Siquijor ?

  • Dagsa : un restau bar soigné et moins bruyant que le Monkey Business, son homologue d’en face. On a apprécié y prendre un verre bien calés dans nos fauteuils.
  • Emocion Guesthouse : sortez des sentiers battus et découvrez l’endroit rêvé pour une bonne bière au coucher du soleil.
Bouteille de Red Horse posée sur une table
Le litre de Red Horse, LA bière forte Philippine

Où trouver de bonnes viennoiseries à Siquijor ?

  • Shannel’s Bakery : une des boulangeries de Lazi ouverte 24H/7J. Du choix et de la qualité à un prix dérisoire. Comptez en moyenne 5 PHP par viennoiserie dans toutes les Philippines.

Prix des activités à Siquijor

  • Open Water PADI à Salamangka Dive Resort : 19500 PHP tout inclus soit environ 330 €. C’est le haut de la fourchette de prix mais ça vaut totalement le coup, surtout pour Salomé qui a pu profiter de la piscine et des balades en mer.
  • Snorkeling au Tubod Marine Sanctuary : 50 PHP / personne. On y accède par un petit chemin sur le bord de la route au niveau du Coco Groove Resort.
  • Location d’un scooter au port de Larena : 300 PHP / jour pour 4 jours + un supplément de 100 PHP pour le dépôt du scooter au port de Siquijor le dernier jour. Cela nous a évité de reprendre un tricycle de Larena à Siquijor ce qui nous aurait probablement coûté le même prix voire plus cher.

Nous quittons maintenant notre belle petite île en direction de Moalboal.

Rendez-vous bientôt pour encore plus de soleil et de plage !

Facebook
Twitter
Pinterest

20 réponses à « Siquijor : La Douceur de Vivre Insulaire »

  1. Je préfère ce genre d’article 😁👍 voilà ce que sont les philippines pr nous ! J’attends la suite avec impatience 😁 enjoyyyy

  2. « Les bonnes bouteilles » qui ont présidé à la transmission sur le bateau du savoir de Ben à Sushi m’apparabisent moins convaincantes que la Red Horse.
    Les sièges balançoires chez Hugo sont une chouette idée. Je vais tenter l’installation dans notre cuisine de Matour.

    1. Ces bouteilles sèmeraient la confusion à un apéro j’en conviens, mais elles s’avèrent bien plus efficaces que la Red Horse pour ce qui est de respirer sous l’eau. Du moins jusqu’à ce que l’être humain développe des branchies qui permettent de récupérer l’oxygène de la bière, auquel cas je pense que l’évolution de notre espèce aura fortement progressé !

  3. C’est beau sous l’eau! Y’a plein de petits Nemos 😀
    Bah voila, la vie de rêve qui vaut de faire le tour du monde et même quelques brasses de plus!

    1. Ah ben ça c’est sûr qu’on resterait bien la tête sous l’eau en permanence ! Mais bon des fois il faut bien la sortir pour voir le coucher de soleil depuis la plage avec une bonne bière… Dure la vie :'(

  4. Tout me semble paradisiaque à Siquijor !!La relève est assurée quant à la plongée ! Bertrand a rajeuni de 40ans 👍👌 merci pour lui profitez bien de vos derniers bains ,j’en réclame un en pensant à moi

  5. Ordonnance du docteur Bierlüfter

    Chaque jour de type Siquijor, le matin durant le petit-déjeuner et le soir durant le dîner, afin d’intensifier encore la conscience de votre état, vous fermez les yeux et vous vous remémorez un moment de galère de votre parcours professionnel.
    Vous rouvrez vos yeux et vos oreilles. Vous imprimez en profondeur vos sensations et vos sentiments pour remémorisation durant les futurs passages professionnels difficiles.
    Chaque jour de la catégorie Bohol, vous inversez. Vous revivez un moment d’intense satisfaction de vos aventures professionnelles (la soutenance de thèse de SuperSushi par exemple).
    Pour célébrer les beautés et les bontés de la vie, après chacun de ces recueillements : 🍺 & 🍻

  6. Ton père est sensible à la dédicace. Il est toujours agréable de voir son « rejeton » apprécier les mêmes choses que soi. Un instinct ancestral. Mes traces sous-marines sont pourtant estompées depuis longtemps. Sauf dans ma mémoire, et peut-être un peu, aussi, dans celle de ta Mum, Ca me fait en tout cas très plaisir de te voir en tenue (dont la connaissance et l’expérience qui vont bien avec). Et puis ça donne sacrément faim, de plonger, et il est rassurant de vérifier que vous ne risquez pas la sous-alimentation, devant les grands plats du nouvel an chinois et l’armée de hamburgers en embuscade derrière les viennoiseries: un avant-après, quoi. Souhaitons que les occasions de redescendre se présentent souvent. Mais attention à l’addiction; elle est redoutable.
    La crique de Emocion Guesthouse ressemble à une maquette pour un projet de paradis. Et puis le sable blanc, la mer turquoise, c’est trop !!!
    Ne manque même pas les gourmandises -le contraire eut surpris-.
    Ce fut long, d’attendre cette nouvelle saga, mais la récompense le vaut bien.

    1. Ah ben oui, ça doit être génétique ce gout pour l’immersion ^^
      Effectivement on en a pris plein les sens à Siquijor, une bien belle saga qui a commencé.

  7. Le halo halo c’était avec combien de E115..? Courageux ces jeunes !! j’espère qu’au Japon les portions seront restreintes

    1. Non non, le violet c’est de l’ube, un fruit violet commun dans les desserts Philippins. Et l’autre glace c’est à la mangue. Bon les petits morceaux de gelée, je veux bien reconnaitre que c’est pas très naturel. Mais c’était tellement bon ! hihi

  8. Et bien voilà , finalement tout s’arrange bien pour vous ! après ce démarrage périlleux sur cette belle ile vous avez enfin trouvé votre petit paradis et en plus avec des bonus à profusion.
    Bravo Sylvain pour tes examens passés avec succès et merci de nous faire profiter de ce monde merveilleux .
    Mais dis moi , quelle est cette espèce avec des lunettes qui évolue assez lourdement ?

    1. Pas de quoi ! 😉
      Quant aux 2 gros poissons pas très élégants que l’on aperçoit souvent sur les clichés c’est une espèce en voie de disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *