Visiter Hakone en 1 Journée avec le Pass Hakone


Japon / mardi, avril 30th, 2019

Hakone et ses alentours son connus pour ses magnifiques paysages et son lac. Grâce au Pass Hakone nous avons découvert la région le temps d’une journée. C’est parti pour une visite bien ficelée.

Le Pass Hakone : Késako

Depuis Tokyo, il existe plusieurs moyens de se rendre à Hakone : voiture, trains locaux, trains rapides… Bref il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Pour nous, le moyen le plus économique de nous rendre à Hakone et de nous déplacer dans le coin une fois sur place est le Pass Hakone.

On s’explique : dans un premier temps il faut prendre un train pour aller à Hakone. Une fois arrivé, l’idée est de se balader dans les environs pour découvrir les différents points d’intérêt qu’offrent les alentours. Bus, bateau, funiculaire, téléphérique… On varie les plaisirs.

Tous ces trajets sont bien évidemment payants. Alors qu’il est possible de prendre chaque ticket indépendamment, le Pass Hakone permet d’utiliser une grande partie des moyens de locomotion de la région sans payer de supplément.

On est un peu fainéant donc on n’a pas fait le calcul mais il est certain que pour notre itinéraire le Pass Hakone était avantageux. On vous donne tous les détails pratiques au sujet du Pass Hakone en fin d’article. En attendant, voici le récit de notre petit périple d’une journée.

Train de Tokyo à Hakone Yumoto via Odarawa

Le réveil sonne tôt ce matin. Une longue journée nous attend, journée qui débute par un trajet en train jusqu’à Hakone Yumoto avec une escale à Odarawa.

Gif animé de Garfield qui se fait réveiller par son réveil

Nous attrapons ce train à la gare de Shinjuku vers 8H00 pour arriver à Hakone Yumoto 1H30 plus tard.

Bus de Hakone Yumoto à Motohakone

Une fois à la gare de Hakone Yumoto, nous grimpons directement dans un bus qui nous emmène en 45 minutes à Motohakone.

C’est à partir de là que nous découvrons le magnifique lac Ashi. Si le temps le permet, il est possible d’avoir une vue imprenable sur le mont Fuji mais ça ne sera pas pour cette fois. Mince alors, il va falloir revenir au Japon.

En attendant que ce coquin de Mont Fuji ne veuille se montrer nous allons explorer les environs en commençant par le très agréable sanctuaire Jin-Ju.

Statue de lion recouverte de mousse au temple Jin Ju d'Hakone
Gif animé de Japonais faisant la queue pour aller prier, commençant par faire sonner des cloches
Des Japonais viennent faire sonner des cloches avant de prier
Des têtes de dragons crachent de l'eau dans une sorte d'abreuvoir
La purification par l’eau à l’aide d’une petite coupelle précède également la prière

En contrebas se trouve un célèbre tori surplombant le lac. Très photogénique d’habitude, le tori est en travaux lors de notre visite. Encore une bonne raison pour revenir au Japon. 😉

Nous longeons ensuite la berge à la recherche du départ du bateau et des horaires. Nous avons le temps de pique-niquer au bord de l’eau, pique-nique durant lequel nous apercevons très furtivement le Mont Fuji. On digère notre repas en nous baladant au milieu des cèdres centenaires qui forment l’Ancient Cedar Avenue. Reposant et un poil mystique si l’on cherche bien.

Une allée entourée de grand cèdres

Bateau de Hakone-machi à Togendaiko

On grimpe maintenant sur un gigantesque bateau pirate aux allures de Disneyland. On dirait vraiment le navire du Capitaine Crochet… On n’est pas ultra fan de ce folklore mais si ça nous permet de traverser le lac Ashi, soit.

Un grand bateau pirate sur le lac d'Hakone

La traversée dure environ 40 minutes. Il est possible de s’installer à l’intérieur mais si le temps le permet, rien de mieux que de s’installer sur le pont supérieur. De là aussi on bénéficie d’une vue imprenable sur le Mont Fuji… quand on a de la chance.

Le mont Fuji apparait au loin dans les nuages depuis le bateau pirate
Si si, c’est bien lui, le mont Fuji !!

Téléphérique de Togendaiko à Owakudani

On troque maintenant bus, train et bateau pour un moyen de transport encore plus original : un téléphérique nous embarque sur les hauteurs du lac.

Gif animé du téléphérique qui monte avec vue sur le lac

Tout le long du trajet on admire le lac Ashi en fond et l’ensemble de montagnes qui l’environne. On comprend vraiment pourquoi cette région est aussi prisée. Même si la météo est mitigée, le panorama est splendide.

Bientôt, une odeur d’œuf pourri nous tire de notre rêverie. Nous approchons des fumerolles d’Owakudani. Le site est en effet connu pour son exploitation de souffre.

Ça pue mais c’que c’est beau… mais ça pue !

Des fumerolles s'échappent de l'exploitation de souffre dont la terre est jaune

À l’arrivée du téléphérique se trouve un observatoire qui permet de mieux observer l’ensemble du site. En revanche, les sentiers aux alentours sont strictement interdits au public. On déconne pas avec le souffre !

On en profite pour gouter à la glace noire à base de cendres volcaniques, une spécialité de ce lieu touristique.

Une glace noire est tenue devant les fumeroles

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on repère tout de suite ceux qui y ont gouté !

Sylvain et Salomé prennent un selfie avec les lèvres toutes noires

Téléphérique d’Owakudani à Souzan

Nous quittons ce site surréaliste pour redescendre de l’autre côté de la montagne, en direction de Souzan.

La descente en téléphérique est tout aussi impressionnante que l’ascension… si ce n’est plus.

Suspendus dans le vide, on voit la végétation et le paysage changer à mesure que l’on perd de l’altitude. On gagne aussi quelques degrés, ce qui ne déplaît pas à Salomé qui commençait sérieusement à se les peler là-haut.

Funiculaire de Souzan à Gora – Train de Gora à Hakone Yumoto

On descend encore un peu grâce à un petit funiculaire qui nous emmène à Gora.

Et comme on aime le train on repart pour 45 minutes sur les rails de Gora et Hakone Yumoto. Bon là on l’avoue, on commence à être un peu gavé des transports.

Néanmoins ce dernier tronçon ferroviaire à travers la montagne est plutôt agréable.

Une fois à Hakone Yumoto nous devons encore prendre 2 trains pour Tokyo avec une correspondance à Odarawa.

Gif animé d'un homme assis sur un train à vapeur

Cette journée est à l’image de notre séjour au Japon : surchargée et pleine de transport.

Heureusement que le coin vaut le coup. Si ça n’engage que Sylvain, le simple fait de ne pas avoir vu le Mont Fuji est une raison de revenir. En ce qui concerne Salomé, opter pour un rythme plus cool sera la priorité lors d’un futur voyage au Japon. Ça sera l’occasion de redécouvrir plus en profondeur des sites merveilleux tels que la région de Hakone.

En attendant voici quelques infos utiles au sujet du Pass Hakone.

Tout savoir (ou presque) sur le Pass Hakone

Combien coûte le Pass Hakone ?

Ce petit sésame nous a tout de même couté la modique somme de 5140 yens soit environ 41€ par personne (en mars 2019). C’est un peu cher pour notre petite bourse de backpackers mais après tout on visite le Japon ou on le visite pas. Et comme on l’a déjà dit plus haut, il est sans doute plus intéressant de prendre le pass Hakone que de payer séparément les différents trajets.

Quelle est la durée de validité du Pass Hakone ?

La pass Hakone est valable 2 jours. C’est parfait pour celles et ceux qui ont envie de se faire plaisir en passant la nuit dans un ryokan des environs. La région est particulièrement connue pour ses auberges de qualité. C’est vrai qu’un onsen en plein air avec vu sur la montagne ça donne envie.

Si comme nous vous avez le feu aux fesses et ne passez qu’une journée dans les environs, le pass Hakone reste tout de même rentable.

Où acheter le Pass Hakone ?

Le trajet en train de Tokyo Shinjuku à Hakone est opéré par la ligne Odakyu, elle-même gérée par la société éponyme. C’est donc Odakyu qui vend le Pass Hakone. Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des informations concernant le pass sur le site Odakyu.jp en français.

Pour les trouver, c’est simple (enfin si on veut). Rendez-vous à la gare de Shinjuku et essayez de trouver les panneaux indiquant « Odakyu Line ». Si vous ne trouvez pas, c’est normal. Shinjuku est l’une des plus grandes gares du monde donc ce n’est pas que vous êtes lent, c’est juste que c’est galère.

Bon au bout d’un moment, vous devriez quand même finir par trouver le guichet Odakyu. Une fois le graal atteint, 2 options s’offrent à vous :

  • Prendre votre ticket au guichet parce que vous estimez que vous avez déjà bien assez lutté pour vous y rendre.
  • Prendre votre ticket à la borne (juste à côté du guichet). Promis c’est facile !

Vous voilà maintenant fin prêts pour une journée marathon mais emplie de paysages superbes. On espère que ces quelques informations vous seront utiles et on vous donne rendez-vous à Kyoto pour la suite de notre périple nippon.

Facebook
Google+
http://laplaneteenclaquettes.com/visiter-hakone-en-1-jour-avec-le-pass-hakone
Twitter
Pinterest

4 réponses à « Visiter Hakone en 1 Journée avec le Pass Hakone »

  1. Je vois que vous avez été gagnés par la productivité japonaise.
    Que sont donc déjà loin les farnientes thaïs !
    Je compte tout de même sur mini-Biquette pour jouer auprès de vous le rôle de Jiminy Cricket.
    Vous n’avez pas même pris le temps de déguster une Asahi d’après ce que je comprends !
    Un retour au Japon s’impose effectivement.
    Étant aujourd’hui à Venise, avec Geneviève, nos Petites-Filles et leurs Parents, la priorité à été de découvrir avec François la birra San Marco après avoir retrouvé une Moretti et une Peroni, déjà appréciées en France.

    1. Oui, nous avons sciemment négligé l’Asahi au profit d’autres bières Japonaises inaccessibles en France.
      Super Biquette, Mini Biquette et Super Sushi vous souhaitent un excellent séjour à Venise 🙂

  2. Alors on est d’accord… on trouve toujours une raison d’avoir envie de revenir au Japon !
    (Ne serait ce que pour le noir à lèvres volcanique 🙂 )

  3. Bien sympathique, ce Japon tiré à quatre épingles, bien propre sur lui. Un pays BCBG, ça se refuse pas, sur cette planète de plus en plus mélangée, et pas dans le bon sens. Z’ont bien raison de ratisser soigneusement le sable de leurs jardins, sous les cerisiers en fleurs, avec un raffinement à l’abri des barbaries du melting pot.
    Hakone, ou ailleurs, même avec des lèvres noircies, votre balade est « aimable », au sens littéral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *