La Boucle Nord de Salta en 4 Jours


Argentine, Articles Récents / mercredi, mai 15th, 2019

Nous débarquons à Salta après un interminable trajet en bus de près de 24H. Quoi de mieux comme récompense que la découverte de sa fabuleuse région en voiture. Voici un petit condensé de notre mini road-trip sur la boucle nord de Salta.

Boucle Nord de Salta : Organisation et Logistique

Vouloir découvrir la boucle nord du nord de Salta c’est bien beau, encore faut-il organiser un minimum son voyage.

Nous arrivons à Salta au début de la semaine sainte juste avant Pâques. On se doute donc que l’on va galérer pour trouver une voiture disponible et qu’une fois sur la boucle les hébergements seront bondés et chers et que les routes seront nettement plus encombrées que d’habitude.

Gif animé de Pusheen le chat déguisé en lapin

Sauf que nous ce qu’on veut c’est de grands espaces rien que pour nous ! Alors que faire ?

Location de Voiture à Salta : Échec de la Quête

Après avoir écumé plusieurs agences de location on se rend compte que nos craintes s’avèrent bien réelles. Les rares véhicules disponibles sont inabordables pour notre petite bourse. On déprime… mais pas longtemps ! Et là, c’est tout l’avantage de voyager au long cours : on a le temps de décaler notre départ pour la boucle nord d’une semaine.

En attendant on réserve un petit studio sur AirBnB et fuyons l’auberge très limite dans laquelle nous avons atterri en arrivant à Salta.

Que Faire à Salta pendant une Semaine ?

On vous l’annonce : RIEN DU TOUT !

Gif animé de Patrick rayant une liste

Nous consacrons cette semaine à la bouffe et à la glandouille. On déguste tout : tamales, humitas, concours des meilleures empanadas de la ville, le tout arrosé d’une bonne Salta Negra bien fraîche. Nous sommes bien dans notre petit studio, dorlotés par Maria notre adoooooorable hôtesse.

Empanadas, Humitas, Tamales et Budin de Pan

On en profite également pour rattraper notre retard sur le blog (même si ça ne se voit pas ^^) et pour organiser un peu plus sérieusement notre découverte de la région de Salta.

Le Grand Départ 

Ça y est, notre semaine farniente touche à sa fin et nous sommes fin prêts pour partir à l’assaut de la boucle nord de Salta.

Nous quittons Salta le dimanche de Pâques. Sergio, notre loueur, nous ramène la voiture devant notre logement vers 8h. Quelques recommandations et un rapide état des lieux plus tard nous voilà en possession d’une magnifique Chevrolet Classique. Elle ne paye pas de mine mais notre petite charrette ne nous fera pas défaut pendant les 8 prochains jours.

Gif animé de muppets dansant dans une voiture

Dernier petit déjeuner à Salta, bisou à Maria et on démarre !

Jour 1 : Salta – Purmamarca – Tilcara

Pour se rendre à Purmamarca, notre première étape, il y a 2 solutions : l’autoroute (enfin un truc dans le genre) ou la route nationale 9 bien plus pittoresque avec tous ses petits virages. Vous vous en doutez : on prend la 9. ^^

Pendant presque tout le trajet jusqu’à San Salvador de Jujuy on se croirait en pleine Amazonie. On nous avait promis du désert mais d’abord, c’est passage obligé par la jungle.

Une fois que l’on dépasse San Salvador de Jujuy, le paysage change. La végétation se fait plus rare, les cactus se multiplient le long de la route. Nous commençons notre ascension vers le célèbre altiplano argentino.

La Biquette est posée sur le haut d'un cactus à Purmamarca
Pauvre Biquette !!!

Purmamarca et sa montagne aux 7 couleurs

Arrivés à Purmamarca on gravit directement le massif qui fait face au village pour admirer la magnifique montagne au 7 couleurs.

Salomé marche sur la crête de Purmamarca
La Biquette escalade un petit rocher à Purmamarca
Une sacrée grimpeuse cette Biquette !
La montagne des sept couleurs à Purmamarca
1… 2… 3… 4… 5… 6 et 7 couleurs ! Le compte y est !

Nous redescendons et empruntons cette fois le Paseo del Colorades, un petit chemin qui passe derrière le village et offre également de superbes points de vue sur les montagnes environnantes.

Vue depuis Paseo del Colorades sur le chemin et d'autres montagnes
Vue sur une grande montagne noire depuis Vue Paseo del Colorades
Salomé descend une montagne à Paseo del Colorades

Départ pour Tilcara

La lumière commence à décliner. Il est donc temps de rejoindre Tilcara où nous avons décidé de poser nos sacs pour 3 nuits.

Pour nous Tilcara est le meilleur spot pour pouvoir rayonner dans toute la région sans avoir à déménager chaque jour.

Jour 2 : Rando autour de Tilcara

Aujourd’hui nous décidons de ne pas prendre la route mais d’explorer les alentours de Tilcara qui ont déjà beaucoup à offrir. En plus, on apprend par René, notre hôte, que l’accès aux ruines du Pucara de Tilcara est gratuit pour le lundi de Pâques.

La Garganta del Diablo

On commence par La Garganta del Diablo. Cette chute est accessible soit en voiture via une piste de 8 km soit à pieds via un petit sentier qui grimpe sec. On emprunte le sentier et on est largement récompensé. Les points de vue sont à couper le souffle.

Salomé s'engage sur un sentier avec un panneau indiquant Garganta del Diablo
Salomé à côté d'un cactus géant à Tilcara
Cactus géant. Biquette pour échelle.
La Biquette observe les montagnes depuis le sentier qui mène à Garganta del Diablo

Une fois arrivés en haut, il suffit de s’acquitter des 50 ARS (environ 1€) d’accès pour continuer la balade jusqu’à la cascade.

Une petite chute d'eau à contre-jour à Garganta del Diablo

Les ruines du Pucara de Tilcara

Comme on l’a évoqué plus haut, l’accès aux ruines du Pucara de Tilcara est aujourd’hui gratuit. On en profite donc pour aller visiter le site. La balade parmi les ruines est sympa et on profite d’un autre beau point de vue au sommet du site.

Des maisons et des murets de pierre à Pucara de Tilcara
Point de vue depuis les ruines de Pucara de Tilcara

En revanche, le parcours n’est pas très interactif. À moins de se documenter, on n’apprend donc pas grand-chose sur ce qu’on visite. Pour la petite histoire il s’agit d’une forteresse datant d’il y a environ 1000 ans, construite par les indiens Omaguacas.

La grotte de Waira

Nous souhaitons ensuite nous rendre à la grotte de Waira histoire de profiter d’une autre perspective sur les alentours, de l’autre côté du village cette fois.

Sur le sentier, une femme munie d’un registre nous indique que l’accès est interdit sans guide et que le fameux guide coûte 400 ARS. Ça nous parait très bizarre tout ça mais on n’insiste pas et rebroussons chemin tout penauds.

Gif animé de Gandalf criant "You Shall Not Pass"

En rentrant au village nous passons par l’office du tourisme qui nous confirme ce que la femme nous a dit. Il faut effectivement être accompagné d’un guide moyennant 350 ARS. Les 50 ARS supplémentaires reviennent à la communauté indienne qui occupe la zone. Ça nous parait un peu cher pour 3km de sentier. On raye donc cette étape de notre programme du jour et rentrons à l’hôtel pour faire ce qu’on fait de mieux c’est-à-dire rien. 😉

Jour 3 : La Quebrada de Las Señoritas et La Montagne des 14 Couleurs

Ce matin, ça déconne plus ! On a un gros programme qui nous attend. On se lève tôt, on prépare notre tisane aux feuilles de coca pour affronter l’altitude et on enfile nos chaussures de marche.

Randonnée dans La Quebrada de Las Señoritas

Notre première étape nous mène à Uquia, un tout petit village à quelques kilomètres au nord de Tilcara. De là part un sentier qui sillonne tout le long de la magnifique Quebrada de Las Señoritas.

Chemin de gravier à Quebrada de Las Señoritas

Une bonne mise en jambe matinale et un régal pour les yeux !

Salomé se tient entre deux grandes parois à Quebrada de Las Señoritas
Salomé boit devant une faille dans la roche de Quebrada de Las Señoritas

Pique-nique à la Peña Blanca d’Humauaca

Après cette belle balade, on roule encore un peu plus vers le nord jusqu’à Humauaca. Nous cassons la croûte au pied de la Peña Blanca, une formation rocheuse naturelle toute blanche.

Salomé assise en haut de Peña Blanca
Point de vue sur la vallée de Humauaca depuis Peña Blanca

Bon, ça ne casse pas 3 pattes à un canard mais on est au calme pour manger nos crackers et on rencontre Marcos, originaire de Rosario et vivant près de Madrid. On sent qu’il a envie de pratiquer son anglais. Ça tombe bien, on est des billes en espagnol. ^^ On papote avec lui de tout et de rien pendant une bonne demi-heure. Décidément, ils sont sociables les Argentins !

La serrania de Hornocal ou la montagne des 14 couleurs

Souvenez-vous, il y a 2 jours on a admiré la magnifique montagne au 7 couleurs. Et bien là, on double la mise avec 14 couleurs. Mais attention, admirer cette merveille de la nature se mérite.

Le route sinueuse qui mène au sommet de la Serrenia de Hornocal
Pour monter, faut aimer les virages

Pour commencer il faut emprunter une piste de 20 km qui grimpe à plus de 4000m. C’est long mais c’est beau et honnêtement ça se fait avec n’importe quel type de véhicule à condition d’y aller tranquillement (30-40 km/h). Une fois qu’on est en haut, il faut supporter l’altitude. En ce qui nous concerne, aucun trouble à signaler même à 4350m. Merci les feuilles de coca !

La Biquette se tient sur une pierre indiquant l'altitude à la Serrenia de Hornocal

Et là, quel spectacle ! Ça se passe tout simplement de commentaire.

La montagne aux 14 couleurs à la Serrenia de Hornocal

Après toutes ces émotions en altitude, nous redescendons tranquillement vers Tilcara pour profiter de notre dernier repas dans notre petit restau favori. On vous en reparle plus bas dans la partie infos pratiques. 😉

Jour 4 : Salinas Grande – Salta – Cabbra Coral

Ce matin, nous quittons Tilcara pour rejoindre la boucle sud de Salta. Mais avant de quitter le grand nord une dernière étape absolument incontournable nous attend : les Salinas Grande.

Salomé examine une carte sur le capot de la voiture au milieu de la Salinas Grande

Après une route fabuleuse, nous revoilà à 4200m d’altitude. Toujours pas de mal d’altitude mais une fracture de la rétine face à tant de beauté.

Une petite étendue d'eau au milieu de la Salinas Grande

Pour pourvoir évoluer sur le salar en voiture, il nous faut payer un guide qui grimpe dans la voiture et nous fait la petite visite du site.

Sylvain et Salomé au bord d'une grosse mare au milieu de la Salinas Grande

On a entendu que certains guides ne sont pas top. En ce qui nous concerne on a de la chance. On tombe sur Santiago qui se débrouille en anglais pour l’essentiel de la visite et qui nous laisse le temps de prendre les fameuses photos fun.

Salomé fait semblant de caresser la Biquette beaucoup plus grande qu'elle, en jouant sur la perspective
Sylvain et Salomé font semblant de s'appuyer sur la Biquette beaucoup plus grande qu'eux, en jouant sur la perspective

Retour vers Salta en direction du Sud

Une séance photo et une délicieuse tortilla au fromage plus tard, nous remontons dans notre fidèle Chevrolet Classique qui nous ramène sans encombre vers Salta. Nous empruntons à nouveau la route nationale 9 mais sous la pluie cette fois-ci. Le sale temps nous suit d’ailleurs jusqu’à la fin de la journée.

Sylvain mange une tortilla au fromage debout et un gros plan sur la tortilla

On profite d’une courte pause à Salta pour faire le plein d’essence et c’est reparti pour 2 heures de route jusqu’à Coronel Moldes. Ce soir nous avons réservé une chambre dans un petit hôtel un peu plus cossu que ceux qu’on a l’habitude de fréquenter.

On n’est pas déçu, à tel point que l’on va y passer une nuit de plus et changer notre itinéraire pour la boucle sud de Salta. Curieux ? Patience, vous en saurez plus dans notre prochain article. 😉

En attendant voici nos bons plans pour organiser au mieux votre découverte de la boucle nord de Salta.

Infos Pratiques – Boucle Nord de Salta

Où louer une voiture à Salta ?

Das Rent a Car (joignable via WhatsApp au +54 9 387 440 3852) : Sergio vous loue une petite bagnole pas chère en un clin d’œil. En prime il offre tout un tas de conseils utiles avant le départ. Ses voitures ne sont pas de première jeunesse mais vu l’état des routes, c’est pas plus mal. ^^

Attention, Das Rent a Car est un peu mal placé sur Google Maps. Le local se situe en face de Nordic Travel dans la Galeria Buenos Aires près de l’entrée à gauche (voir carte ci-dessous). Si besoin, beaucoup d’autres entreprises de location de voiture se situent dans cette galerie marchande ainsi que dans la suivante dans cette même rue.

Emplacement sur la carte de Das Rent a Car

En cas de panne Sergio est très réactif. Nous avons croisé un couple de Français, Boris et Cindy, qui sont tombés en panne à Humauaca. Ils ont contacté Sergio qui a aussitôt envoyé quelqu’un à leur hôtel avec une voiture de remplacement sans frais supplémentaires. Chapeau !

Nous sommes tombés en rade de batterie (on a oublié d’éteindre les phares #grosmalins). Nous avions donc besoin d’un code pour réactiver l’auto-radio. En quelques messages WhatsApp nous avions le code et le problème a été réglé.

Pour une Chevrolet Classique essence (très peu gourmande en carburant) nous avons payé 1500 ARS par jour pendant 8 jours (30€ / jour)*.

On peut tout à fait réserver la voiture pour 7 jours et prolonger sa location en cours de route en prévenant Sergio via WhatsApp 24H à l’avance.

Bref simple, efficace et économique.

Où dormir à Tilcara ?

Alojamiento El Cardon : une petite auberge sans prétention avec de petites chambres propres et fonctionnelles. Certaines chambres doubles disposent d’une salle de bain privative. L’eau est bien chaude ce qui n’est pas négligeable à cette altitude. René, le propriétaire est aussi un musicien émérite qui vous fait découvrir sa passion en jouant quelques morceaux de flûte andine au petit déjeuner.

Où manger à Tilcara ?

On a testé qu’une seule adresse mais on a été tellement conquis qu’on y est retourné chaque soir pour tester toute la carte.

La Rockola : un bar restaurant tenu par une bande de copains très sympas. Le thème ici c’est foot et rock. La musique est aussi bonne que l’atmosphère. Et la nourriture… que dire de la nourriture ? Un régal. Quelques plats à la carte tous aussi bon les uns que les autres : potée de lentilles, ragout de lama, cannellonis aux épinards… et un burger dont Sylvain se souviendra trèèèèèès longtemps.

Deux plats sur une table avec des morceaux de pain
Potée de lentilles et Ragout de lama !
Un gros burger avec des petites patates en robe des champs
« Le meilleur burger de ma vie probablement » dit Sylvain, essuyant une larme de joie

Prix des activités sur la boucle nord de Salta*

  • Garganta del Diablo : 50 ARS / personne (1€)
  • Ruines du Pucara de Tilcara : 300 ARS / personne (6€)
  • Cueva de Waira : 400 ARS / guide. Pour plus d’informations se renseigner à l’office du tourisme de Tilcara. (8€)
  • Montagne des 14 couleurs : 50 ARS / voiture (1€)
  • Visite des Salinas Grande en voiture : 300 ARS / voiture (6€)

*L’ensemble de ces tarifs sont valables en Avril 2019 et sont soumis à une forte fluctuation due à l’inflation galopante en Argentine.

Vous savez maintenant tout (ou presque) pour organiser au mieux votre découverte de la boucle nord de Salta.

On vous souhaite bonne route et on vous donne rendez-vous sur la boucle sud pour encore plus de surprises. ^^

Facebook
Google+
http://laplaneteenclaquettes.com/la-boucle-nord-de-salta-en-4-jours
Twitter
Pinterest

7 réponses à « La Boucle Nord de Salta en 4 Jours »

  1. Magnifiques photos et paysages !!! Votre humour et vos aventures nous font tellement de bien merci 😘 bravo pour l’absence de mal d’altitude ,il y en a 2 qui n’avaient pas pris assez de précautions !!

    1. Merci 🙂
      Pour le mal d’altitude, malheureusement la coca est interdite dans certaines régions, donc des fois on a pas le choix que de croiser les doigts et d’y aller doucement ^^

  2. A chaud, comme ça, je m’ébroue: ces paysages semblent presque irréels, par trop de beauté. On comprend que ce soit des moments très forts (exception faite des feuilles de coca). L’esthétique des photos est toujours et plus que jamais soignée. Toutes ces pages méritent d’être, ultérieurement réunies dans un ouvrage, papier ou numérique, pour la postérité, mais surtout la commodité de consultation par votre descendance.
    Si-le-bonheur-c’est-le-chemin, vous qui êtes en plein dessus, profitez-en à donf’.!!!

    1. Pour la postérité du blog, internet c’est ce qu’il y a de mieux. Par précaution on gardera quand même une sauvegarde locale du site web évidemment.

  3. Toujours aussi bluffants vos reportages, Super-Biquette et Super-Sushi !

    Je suggère une exposition d’une sélection de vos photos chez vous à votre retour dans l’Hexagone, comme j’en ai affiché 250 environ en format A4 dans la cuisine de Matour.
    Avec au centre, bien sûr, celle de la Salta Negra.

    Je demeure curieux de savoir qui de Biquette et de Sushi tient la plume de vos articles. Je soupçonne fort la Première. Les illustrations – de Sushi ? – sont souvent fort drôles.
    En tout cas, votre blog s’est hissé au premier rang de mes nombreux sites d’information. Il est même devenu celui que je préfère.

    Les séries consacrées au Street Art au Chili me rappellent que les Sud-Américains me semblent être imbattables en ce domaine.

    1. Très perspicace le Bierlüfter, c’est effectivement Super Biquette qui écrit et c’est Super Sushi qui illustre.
      Concernant le street art, effectivement l’Amérique Latine en est la Mecque. Ceci est confirmé par la ville de Valparaiso (article à venir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *