Santiago : Rencontre avec le Chili


Chili / vendredi, mai 31st, 2019

Ça y est, nous voilà au Chili, 10ème pays étape de notre tour du monde. Pour commencer en beauté cette escale Chilienne, nous avons posé nos valises pendant quelques jours à Santiago, la capitale du pays. Santiago n’a pas la réputation d’être une belle ville. Pourtant nous nous sommes sentis bien ici. On vous raconte notre séjour.

Passage Frontière Argentine – Chili à 3000 Mètres

On ne va pas dédier un article entier au passage de frontière entre l’Argentine et le Chili de Mendoza à Santiago comme on a pu le faire pour la frontière Cambodge – Laos ou Laos –Thaïlande car honnêtement en terme de logistique il n’y a pas grand-chose à dire. Un enfant de 4 ans pourrait passer cette frontière tout seul.

Depuis Mendoza, il suffit de prendre un bus (on recommande la compagnie Andesmar) pour Santiago, d’arriver 20 minutes avant le départ et c’est parti pour 7 à 8h de trajet.

La route 7 : un trajet fantastique

En revanche, ce qui mérite d’être souligné c’est la beauté des paysages que l’on traverse le long de la route 7. La cordillère des Andes, cette fabuleuse chaîne montagneuse qui traverse quasi tout le continent sud-américain est une frontière naturelle entre l’Argentine et le Chili. Le poste frontière se situe donc au niveau du Paso Los Libertadores à 3175 mètres d’altitude.

Des camions et des gens attendent de passer au poste frontière Los Libertadores

On conseille donc de faire le trajet Mendoza – Santiago de jour car le voyage est trop court pour que ça vaille le coup de prendre un bus de nuit (à moins de rester coincé des heures à la frontière, bof bof) et la route est tellement belle que ça serait dommage de louper ça.

De nombreux virages en lacet vu en contre-bas après Paso Los Libertadores
Les amateurs de virages serrés sont comblés

Attention frontière !

Petit focus tout de même sur le moment du passage de frontière géré par les douanes Chiliennes. Les Argentins devaient être en train de faire la sieste ou de boire un maté pendant ce temps. ^^

Les Chiliens sont extrêmement pointilleux sur ce qui rentre dans le pays. Lorsque le bus arrive au poste frontière, tout le monde sort avec l’intégralité de son bagage à main. On passe au bureau d’immigration pour faire tamponner nos passeports. Là déjà un chien renifleur passe dans les rangs. Évidemment Sylvain trouve le moyen de sympathiser avec le molosse. Dans la file, une dame très sympa nous signale en français que si l’on a des fruits il faut s’en débarrasser maintenant. On mange donc rapidement notre banane dans la queue.

Une fois le tampon obtenu, on passe au contrôle « sanitaire ». On se place en rang face à un tapis roulant. Tous les bagages en soute sont sortis du bus et passés aux rayons X. Puis c’est au tour des sacs à main. Ceux qui ont laissé leur casse-croûte dans le bus sont appelés pour un contrôle supplémentaire. Bref rien n’est laissé au hasard.

Une fois l’ensemble des bagages contrôlé, on remonte dans le bus et nous voilà au Chili. Notre passage frontière a été plié en 40 minutes montre en main ce qui est peut-être un record. Le même passage peut prendre jusqu’à 5H d’après des témoignages. On peut dire qu’on a eu du bol !

Gif animé de Jim Carrey regardant l'heure

Et Santiago dans Tout Ça ?

Ah oui c’est vrai, c’est un article sur Santiago. Voilà on y arrive !

Le bus nous dépose donc à la gare routière de Santiago vers 16H, heure locale, sachant qu’il y a une heure de décalage avec l’Argentine. On récupère nos bagages et on prend le métro en direction de notre AirBnB qui se situe sur la ligne 6 juste à côté de la station Nina Suárez .

Notre Super AirBnB de Santiago

En arrivant chez Rodrigo et Christian on se sent tout de suite très à l’aise. La maison est superbe, dans un petit quartier résidentiel très agréable. Notre chambre est spacieuse et lumineuse et comble du luxe on a deux tables de nuit avec… deux lampes de chevet !!! Faites le tour du monde et vous allez voir que deux lampes de chevet c’est un évènement dans la vie d’un backpacker.

Juste en face de la maison, on découvre une boulangerie alsacienne dans laquelle on trouve des bretzels au fromage et aux lardons. A ce stade on en peut plus. Pour couronner le tout on a mangé des sushis juste délicieux dans un restaurant japonais à 500 mètres de la maison.

Sylvain et Salomé en train de manger un bretzel au fromage et lardons
Petit craquage alsacien

Bon c’est bien beau de s’extasier sur son logement mais on est là pour visiter quand même. Pendant notre séjour à Santiago nous avons dédié deux jours à la découverte de la ville. Voici notre itinéraire :

Jour 1 : De la Plaza de Armas au Barrio Lastarria

Rencontre Insolite sur Plaza de Armas

Nous déambulons quelques minutes sur la mythique place principale de Santiago avant d’être abordés par Richard, un jeune étudiant Haïtien accompagné de ses amis José du Venezuela et Laura du Pérou.

Richard a manifestement envie de pratiquer son français. Il nous explique que lui et ses amis sont venus au Chili pour leurs études. Pendant la journée Richard travaille pour l’opérateur mobile Movistar et le soir il étudie le réseau informatique. On parle aussi de foot, de la situation au Venezuela avec José, du Pérou avec Laura et bien sûr de notre belle France. Bref une rencontre intéressante.

On aurait aimé visité le Museo Historico Nacional qui se trouve sur la place mais l’office du tourisme nous apprend qu’il est fermé pendant 2 ans pour rénovation. Pas grave, on reviendra. ^^

La place principale Santiago avec ses palmiers
Place principale de Santiago

Centre-ville de Santiago : street art et shopping

En se baladant dans les rues piétonnes du centre-ville, nous découvrons la calle Bandera, graffée de la tête aux pieds. Les fresques sont particulièrement bien mises en valeur au niveau du pont qui passe sous l’avenida Libertadores Bernardo O’Higgins.

Une grande fresque d'une jeune fille multicolore qui flotte
Une belle fresque d'une jeune fille multicolore qui flotte

On fait ensuite une halte chez H&M car Sylvain a besoin d’un T-shirt tandis que Salomé achète des collants bien chauds. C’est pas tout ça mais ça pèle au Chili !

Église San Francisco et quartier Paris-Londres

Nous quittons maintenant le centre piéton de Santiago et nous dirigeons vers la très belle église San Francisco. Cette église marque aussi l’entrée du tout petit et tout mignon barrio Paris-Londres où règne une ambiance très particulière.

Intérieur de l'église San Francisco

Rues pavées, petits cafés, immeubles tantôt Londoniens, tantôt Parisiens. On semble bien loin des blocs hideux du centre-ville.

Petite rue pavée avec des arbres

Soyons honnêtes, on aime beaucoup Santiago pour son ambiance mais pas pour son architecture. Ici, on a vu quelques-uns des immeubles les plus glauques de notre voyage, concentrés en quelques rues.

Ascension de la colline Santa Lucia

On prend maintenant un peu de hauteur en grimpant tout en haut du cerro Santa Lucia. Cette petite colline domine le centre de Santiago et offre une très belle vue à 360° sur la ville à moins que l’un des fréquents pics de pollution qui minent la capitale n’ait décidé de s’en mêler… ce qui est malheureusement souvent le cas.

Une belle fontaine entourée de palmiers sur la place de Neptune à Santiago
La fontaine de Neptune
Salomé descend la colline de Santa Lucia avec un point de vue sur la ville de Santiago

Quoiqu’il en soit le parc est plutôt sympa. On apprécie la balade.

Pause sucrée chez Emporio La Rosa

En lisant quelques articles de blogs on a découvert que l’un des 25 meilleurs glaciers du monde avait une boutique à Santiago. Il ne nous en faut pas plus pour que l’on s’offre une pause sucrée chez Emporio La Rosa.

Comptoir d'Emporio la Rosa avec les bacs à glace

On ne sait pas exactement d’après quel classement ils font partie des 25 meilleurs glaciers du monde mais on peut vous dire une chose : leurs glaces, elles déboitent.

Aujourd’hui pour Sylvain ça sera Yaourt Damasco et Manjar (l’équivalent du dulce de leche au Chili) et pour Salomé Chocolat à l’Orange. Un pur délice…

Deux glaces d'Emporio la Rosa avec des cones plantés dessus

Quartier Lastarria : notre quartier coup de cœur à Santiago

Il est temps maintenant de découvrir le quartier en vogue de Santiago. Connu pour ses petits cafés, ses bars et ses nombreuses fresques murales, le barrio Lastarria est essentiellement habité par la population intellectuelle et artiste de Santiago et est très prisé par les étudiants.

Sylvain a repéré une fresque sur le net et il veut absolument la voir de ses propres yeux. On se met donc a quadriller méthodiquement le quartier. On ne trouve pas la fameuse fresque mais on en découvre plein d’autres au passage (voir galerie ci-dessous).

Il est 18H30 et nous avons rendez-vous avec Maria-Jésus, l’amie franco-chilienne de Sophie, une de nos amies françaises qui a vécu au Chili… vous suivez ? Bref on s’est rencardé ce soir pour faire le plein de bons plans et goûter quelques spécialités locales.

Sylvain, Salomé et Maria trinquent dans un bar de Lastarria

Merci Maria-Jésus pour cette agréable soirée en ta compagnie !

Jour 2 : Colline San Cristóbal et Bella Vista

Téléphérique et funiculaire

Aujourd’hui nous partons à l’assaut de la plus haute colline de Santiago : le cerro San Cristóbal. Pour grimper là-haut on peut utiliser ses petits pieds et se lancer dans une randonnée citadine mais nous sommes fainéants aujourd’hui. Nous décidons donc d’emprunter le téléphérique qui démarre à la station Oasis au nord du parc à 15 minutes à pieds de la station de métro Los Leones.

Gif animé du téléphérique progressant sur la colline de San Cristóbal

Aujourd’hui encore on voit le nuage de pollution qui pèse sur Santiago. Les montagnes pourtant proches de la ville sont invisibles et c’est à peine s’il l’on distingue les immeubles en contre-bas. C’est bien dommage que Santiago soit aussi polluée.

Point de vue sur Santiago depuis San Cristóbal, beaucoup de pollution masque les buildings

On redescend en funiculaire jusqu’à la station de Pio Nono. Ce funiculaire inauguré en 1925 fait littéralement partie de l’histoire de Santiago. Pour aller un peu plus loin, on retrouve toutes les infos relatives à l’histoire de ce funiculaire sur le site officiel.

Voiture du funiculaire prêt à descendre de la colline de San Cristóbal
Vue sur la ville de Santiago depuis le funiculaire de San Cristóbal en train de descendre

Bella Vista et la blonde aux nattes

Le funiculaire nous dépose en plein cœur de Bella Vista. C’est dans ce quartier que Pablo Neruda, célèbre poète Chilien et Prix Nobel de Littérature en 1971, a établi l’un de ses trois résidences Chilienne. Il est possible de visiter cette maison aussi connue sous le nom de La Chascona mais nous avons passé notre tour.

On est bien trop pressé d’aller reprendre une glace chez Emporio La Rosa. 😉 Grâce à Maria-Jésus nous avons également réussi à repérer où se trouve la fameuse fresque que nous avons cherchée pendant une heure la veille. Et tadaaaa !

Fresque d'une jeune fille blonde à Santiago

Et sur le chemin, nous croisons d’autres fresques intéressantes:

Notre séjour à Santiago s’achève tranquillement. Demain nous prenons la route du Pacifique en direction de Valparaiso.

Mais en attendant, voici quelques conseils pratiques pour profiter au maximum de Santiago :

Où dormir à Santiago ?

On vous a déjà tout dit de notre formidable AirBnB chez Rodrigo et Christian plus haut.

Où manger à Santiago ?

On a vite remarqué que les prix au Chili s’approchent plus de ceux de la France que de ceux de l’Argentine. Nous privilégions donc plus les supermarchés que les restaurants.

On s’est tout de même fait deux petits plaisirs gustatifs pendant notre séjour à Santiago.

  • Emporio la Rosa : des glaces à tomber ! Ils ont plusieurs boutiques indiquées sur Google Maps. Le plus dur sera de choisir son parfum.
  • Japon Ya : juste à côté de notre AirBnB (station de métro Nina Suárez), ce restaurant Japonais sert de très bons et très beaux plateaux de rolls. Mention spéciale pour les makis saumon-avocat (le Chili a les meilleurs avocats du monde !) et pour les jus de fruit frais. Et c’est moins cher qu’à Paris !
Une assiette de california rolls à Santiago
Jus de fruit de Japon Ya

Où boire un verre à Santiago ?

Partout dans le barrio Lastarria ! Cet adorable quartier regorge de bonnes petites adresses. Suivez votre instinct et vos envies.

Maria-Jésus nous a emmené à La Liguria, une institution à Santiago. On y a gouté de très bonnes empanadas (soit disant une spécialité Chilienne, mais chaque pays d’Amérique Laine prétend en être l’inventeur hahaha) et la fameuse Michelada, une pinte de bière avec du citron, un peu de tabasco et dont le bord du verre est enduit de sel. Spécial mais pas mauvais.

Un verre de bière avec du sel sur le bord du verre
Michelada, une expérience… intéressante

Prix des activités à Santiago

  • Aller simple téléphérique + funiculaire de la station Oasis à Pio Nono : 3500 CLP par personne.
  • Visite de la Chascona (résidence de Pablo Neruda) : 8000 CLP par personne.

Voilà, il est déjà temps pour nous de quitter Santiago, direction l’océan, pour « Valpo » et son street art.

Facebook
Twitter
Pinterest

10 réponses à « Santiago : Rencontre avec le Chili »

  1. Intéressante la capitale chilienne ! mais je suis inquiète sur le nombre de calories que vous avalez chaque jour !😕

    1. Ne t’inquiète pas, les photos que tu vois sont évidemment celles qui ont l’air le plus appétissantes, mais on fait beaucoup d’autres repas plus sains et moins photogéniques. Et puis on marche beaucoup 😉

  2. Pas de doute, doubler Mum à la première place des commentaires relève de la haute compétition… à laquelle je perds régulièrement.

    Pour la route qui monte à et descend du Paso Los Libertadores, vous a-t-il été prescrit des cachets d’Aspirine ?
    Le spectacle est ahurissant. Et singulièrement beau !

    Je soupçonne fort Biquette et Sushi d’avoir cherché sur AirBnB le seul logement chilien face à une boulangerie alsacienne.
    Car enfin, qui peut croire au hasard dans le cas d’une Kaysersbergerin et d’un Strassburger ?
    D’autant que l’un de vos hôtes se prénomme Christian. Avec, en sus, deux tables de nuit dans une chambre de l’hémisphère sud !
    Une telle accumulation de hasards isolément improbables n’est pas envisageable en calcul statistique.
    Sinon, trouvez une autre explication…

    Une bière Michelada dans un verre de Stella Artois… encore un coup inenvisageable !
    Mais mes papilles n’en sont que d’autant plus curieuses.

    1. J’avoue que les astres se sont alignés cette fois-ci ! Mais bon, tout ce qui est possible est probable ^^

  3. P.S.:

    Bravissimo aux clowns du cirque sur piste de sel en compagnie du dinosaure ! – vus sur Instagram.

    Ne craignez-vous pas de nous pousser au gâtisme, à vous répéter toujours la même chose ? : vos photos sur Instagram sont époustouflantes pour la plupart !
    De bouche bée trop longtemps, vite une p’tite mousse !

  4. Super article. Je vois que vous avez ete bien pris en charge 🙂 vous avez fait plein de trucs! Et oui santiago… on s’y sent bien! Vous n’avez pas fait yungai, barrio brazil ou barrio italia? Des bises et profitez bien. J’attends impatiemment l’article sur valpo 🙂

    1. Oui, on a beaucoup aimé Santiago, mais malheureusement on a pas pu tout faire effectivement. Qu’à cela ne tienne, c’est une bonne excuse pour y retourner ^^

  5. Mention spéciale à la photogénie de la route aux virages serrés.
    Mais aussi à l’original superlatif à la gloire des glaces, qui « déboîtent » (j’en étais resté à une sortie de stationnement…). Même sans descriptif de parfum, à la taille, on identifie facilement la portion de Sylvain.
    Autre merveille, le streetart, dont je raffole, perso, et sur lequel j’ai acquis récemment un bouquin (on ne ricane pas), avec une admiration particulière pour la beauté comme irréelle de cette jeune métisse au fichu vert.
    Si vous n’aviez craqué que pour les réminiscences alsaciennes… mais votre appétit est si cosmopolite… Et nos commentaires -souvent envieux- ne les gâcheront pas, heureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *