Valparaiso, Valpo pour les Intimes…


Articles Récents, Chili / mardi, juin 4th, 2019

Dire que nous soyons intimes avec Valparaiso serait bien présomptueux mais nous avons tout de même eu le plaisir de faire connaissance. Entre collines, art de rue et océan, Valparaiso a su nous séduire en quelques jours. Voici notre programme au cœur de la capitale mondiale du street art.

Séjour sportif à Valparaiso

Le moins que l’on puisse dire c’est que ça grimpe à Valparaiso. Nous avons réservé un AirBnb sur l’une des nombreuses collines de la ville… tout en haut de la colline pour être exact. Il va donc falloir que l’on monte tout là-haut avant de pouvoir nous installer.

Salomé avec son gros sac à dos monte une rue dans Valparaiso
Ça grimpe, ça grimpe !

On arrive en nage chez Madeleine et Daniella mais quelle récompense quand on se retourne vers la baie. La vue est magnifique ! Et dire que l’on va profiter de ce panorama pendant les 3 prochains jours.

Coucher de soleil sur Valparaiso

Comme on aime bien se faire du mal, on décide d’enchainer avec une session course. Vous vous en doutez, le supermarché se situe dans la ville basse. On redescend donc pour remonter chargés comme des mules mais avec de la bouffe pour un régiment.

Salomé descend vers la baie de Valparaiso
Et on est reparti !

Maintenant que l’on est installés, qu’est ce que l’on fait à Valparaiso ? Très bonne question, public ! Voici donc un petit condensé de notre programme.

Visiter Valparaiso avec Otop Tours

Nous rejoignons Juan, notre guide Chilien francophone, à 15H30 sur la place Sotomayor pour un tour de 3 heures à la découverte de Valparaiso et de ses multiples facettes. On a adoré !

Salomé et le groupe écoute le guide de Valp'Otop à Valparaiso
Tout le monde écoute bien sagement Juan

La ville basse

Départ depuis la ville basse avec un brief’ très intéressant sur l’histoire de la ville, ses origines, son développement, son âge d’or mais aussi son déclin et sa situation actuelle. On parle également du classement de Valparaiso au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 2003 et des aspects positifs et négatifs qui en découlent.

Juan nous explique notamment que le tourisme a insufflé une bouffée de dynamisme à la ville dont le patrimoine a été longtemps négligé mais que la situation est toujours délicate puisque Valparaiso reste l’une des villes les plus pauvres du Chili.

Les principaux points d’intérêt de la ville basse sont la place Sotomayor et le port mais ce ne sont pas les plus belles parties de la ville. Pour découvrir ce qui fait tout le charme de Valparaiso, il faut prendre un peu de hauteur.

Grand paquebot et petites embarcations au port de Valparaiso

Cerro Alegre

Nous empruntons l’Ascensor El Peral pour rejoindre Cero Alegre l’une des deux collines de la ville classées par L’UNESCO.

Funiculaire montant vers Cero Alegre à Valparaiso

Pour la petite histoire, les ascensores sont en fait des funiculaires qui ont été construits un peu partout dans la ville par les anglais à partir de la fin du 19ème siècle. Comme une bonne partie du patrimoine de la ville, les ascensores ont longtemps été laissés à l’abandon. C’est aussi l’UNESCO qui leur a redonné un second souffle en finançant une partie de leur rénovation. En plus d’être de véritables attractions touristiques, les ascensores font partie intégrante du quotidien des habitants de la ville qui les empruntent chaque jour en raison de la topographie de la ville.

Funiculaire en rénovation à Valparaiso
Un funiculaire en cours de rénovation

En descendant du funiculaire, nous arrivons directement face au palais Baburizza. Cette extravagante bâtisse a été tour à tour la résidence d’un riche croate, une école d’art et une friche où se tenaient des soirées clandestines dans les années 90. Après une rénovation massive de 1997 à 2011, ce gros chalet art déco abrite désormais le musée des Beaux-Arts de Valparaiso.

Façade du palais de Baburizza

Petite anecdote apprise lors du tour : la ville de Valparaiso étant très vallonnée, il y a beaucoup de « maisons mensonges » qui ont pour particularité de présenter bien moins d’étages d’un côté que de l’autre.

Une maison avec deux étages d'un côté et trois de l'autre dans un virage montant
Pour les impôts immobiliers, c’est par la droite, et pour la revente, c’est par la gauche !

Cerro Concepcion

Nous continuons maintenant notre balade en direction du Cerro Concepcion, voisin du Cerro Alegre et également classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

C’est ici que se trouvent une grande partie des églises de la ville. On raconte d’ailleurs qu’à l’époque, les marins allaient s’encanailler le samedi soir à Cerro Alegre – le quartier de la fête et plus si affinité – pour aller se confesser le dimanche à Cerro Concepcion. Bien vu !

Gif animé de Popeye au gouvernail

Nous parcourons la colline avec plaisir entre ruelles mignonnes et points de vue époustouflants sur la ville basse et l’océan. Les collines de Valparaiso ont rempli leurs promesses, nous sommes séduits.

Le soleil se couche sur la Cerro Concepcion à Valparaiso
Vue sur le Cerro Concepcion

La visite prend fin au pied de l’Ascensor Reina Victoria où Juan s’exprime encore sur trois aspects essentiels du pays à savoir l’éducation, la santé et la retraite. C’est bien partout pareil !

Se Balader au Bord de l’Océan Pacifique

Bah oui, tout simplement !

Ponton du bord de mer à Valparaiso

Valparaiso est une ville faite de collines qui se jettent directement dans le Pacifique. Après avoir bien arpenté les pentes de la ville, rien de tel que de longer l’océan et de profiter de l’air marin.

La petite Biquette regarde les mouettes au bord de la plage à Valparaiso
Salomé au bout d'une passerelle au borde la mer à Valparaiso

Une promenade part du nord de la ville en direction de la commune voisine, Viña del Mar. Il est donc possible de longer le Pacifique sur plusieurs kilomètres jusqu’à la plage Caleta Portales et son marché au poisson.

Au passage on observe aussi des lions de mer sur une plateforme en train de se dorer la pilule ou de se chamailler selon l’humeur.

Des lions de mer se reposent sur une plateforme de béton au milieu de la baie à Valparaiso

Traquer les Fresques Murales de Valparaiso

Au cours de notre visite de la ville avec Juan, nous avons également eu l’occasion de découvrir quelques artistes de rue à travers leurs œuvres.

Un artiste de rue peint une fresque à la bombe à Valparaiso

Les fresques murales, ou murales en espagnol, sont partout à Valparaiso. Conjugué aux maisons colorées des cerros, le street art donne tout son cachet à la ville et fait désormais la renommée mondiale de Valparaiso.

Juan nous présente sa fresque à Valparaiso
Juan notre guide nous présente sa fresque (4 fois 5h de travail)
Une fresque trés détaillée en noir et blanc à Valparaiso
Notre fresque préférée !

Voici une petite galerie non-exhaustive de ce qu’on peut apercevoir à Valparaiso en terme de fresques:

Et voici d’autres oeuvres, allant de mosaiques aux simples dessins:

Après cette petite session artistique, retrouvez tous nos conseils pour profiter au maximum de la belle ville de Valparaiso.

Où dormir à Valparaiso ?

Sans surprise, nous avons une fois de plus opté pour la solution AirBnb. Nous avions une belle petite chambre avec salle de bain privée dans un appartement situé tout en haut d’une colline. Alors oui on a tout donné pour y arriver mais qu’est-ce qu’on était bien là-haut. ^^

Comme d’habitude, nous pouvions disposer de la cuisine pour faire notre petite popote et nous concocter des petits déjeuners démentiels.

Où manger à Valparaiso ?

  • J Cruz : une institution pour s’enfiler une bonne chorrillana. La chorrillana c’est quoi ? Imaginez une montagne de frites surmontée d’oignons rissolés et d’œufs. Par-dessus tout ça, ajoutez de tendres morceaux de bœuf finement découpés. Tadaaaa, voilà la chorrillana ! Oui c’est ultra calorique mais c’est la spécialité de Valparaiso donc on n’a pas eu le choix. Et entre nous… qu’est-ce que c’est bon. 😉
Une chorrillana, belle assiette de frites couvertes d'oignons et de viande
  • El Mastodonte : ici aussi c’est chorrillana au menu. Moins touristique que la J Cruz qui, d’après notre guide Juan, a tendance à se reposer sur sa notoriété. C’est donc ici que les vrais vont manger leur chorrillana. Malheureusement c’était fermé lorsqu’on a voulu y aller.
  • Emporio la Rosa : les glaces d’Emporio la Rosa c’est notre pêché mignon chilien. Après avoir testé quelques unes de leurs saveurs à Santiago, on continue notre tour d’horizon dans leur boutique de Valparaiso. Et c’est toujours aussi bon !
Glaces Emporio la Rosa à Valparaiso
Fruit de la passion/chocolat sans sucre et confiture de lait (manjar)/chocolat à l’orange

Prix des activités à Valparaiso

  • Tour guidé de la ville avec Otop Tours : ce tour fonctionne sur pourboire. Pour ceux qui ne savent pas trop combien donner, Juan indique au début du tour que les pourboires oscillent généralement entre 5000 et 10000 CLP.
  • Ascensores El Peral et Reina Victoria : 100 CLP / personne par trajet.

Après cette pause bohème à Valparaiso nous continuons notre route en direction de La Serena, point de départ de notre découverte de la vallée d’Elqui. On vous raconte tout ça dans notre prochain article. 

Facebook
Twitter
Pinterest

7 réponses à « Valparaiso, Valpo pour les Intimes… »

  1. Pas de sentiment d’insecurite donc ? Vous avez pu vous ballader partout dans la ville?
    Quand nous y sommes allees (en 2009), on nous a dit, en plein apres-midi, de faire demi-tour et de ne pas rentrer dans un quartier « parce qu’on est blanches »
    Mais apparemment la situation s’est amelioree – c’est rassurant!

    1. Aucun problème de ce côté là ! Oui j’imagine que la situation s’est bien améliorée et heureusement. Bien évidemment la ville reste pauvre et ça se ressent surtout du côté de la gare routière mais sinon RAS 🙂

      1. Le Street Art est décidément un art majeur en Amérique du Sud !
        Vous pourrez en constituer une édition spéciale illustrée à votre retour.
        Je m’inscris de suite parmi les premiers acheteurs.

        La chorrillana est fort tentante. Un grand bock n’est-il pas nécessaire pour l’accompagner ?

        1. Oui le street art mériterait un livre entier, mais je pense qu’il y en a déjà beaucoup sur Valparaiso ^^
          Quant à la bière accompagnant la chorrillana, observe bien elles sont présentes !

  2. Je réclame deux choses ,la température approximative du Pacifique (donc bains de pieds)et des photos du marché aux poissons ! Sylvain s’est il converti aux protéines animales d’origine océanique ?

    1. La température a été goutée, et elle est assez froide (14-15°C je dirais). Je te montrerai des photos du marché au poisson en rentrant 😉 Et non, je laisse toujours les poissons en paix 😉

  3. Si un jour vous repassez par là, par Valpo, je n’aurai pas bougé, je serai toujours aimanté par les fresques du streetart.
    Vous avez eu le bon goût d’en photographier un max.
    Un épisode qui donne envie de s’y attarder.
    Merci.
    J’y retourne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *