La Boucle de Quilotoa en 3 Jours


Equateur / lundi, août 12th, 2019

La boucle de Quilotoa est un magnifique trek réalisable en 3 jours. Nous avions hâte de nous y attaquer après que Ricky et Paula rencontrés au Chili nous l’aient si bien vendu. Cette randonnée fantastique a tenu toutes ses promesses. On vous dit tout sur la boucle de Quilotoa en 3 jours.

La Boucle de Quilotoa, Ça s’Organise

On a beau être très enthousiastes à l’idée de marcher pendant trois jours dans des décors de rêve, on calme nos ardeurs et organisons un minimum notre départ.

Plusieurs questions se posent avant d’entamer la randonnée. En voici quelques-unes :

D’où démarrer la Boucle de Quilotoa ?

Techniquement Latacunga est la ville de départ commune à tous les marcheurs quel que que soit le sens de randonnée (question à laquelle nous répondons un peu plus bas).

Nous arrivons à Latacunga en milieu de journée après 3 heures de bus en provenance de Riobamba. Cet après-midi à Latacunga nous permet de faire quelques courses, préparer des sandwichs pour le 1er jour de marche et préparer nos petits sacs de rando, tandis que les gros backpacks resteront sagement stockés chez César, notre hôte Airbnb.

Au passage nous profitons du retour du soleil (c’est pas trop tôt) pour faire le tour des belles églises de Latacunga… et pour déguster une petite glace évidemment. #hypoglycémie

Que prévoir pour la Boucle de Quilotoa ?

Pour nous qui n’avons pas de matériel de camping, le gros avantage de la boucle de Quilotoa est qu’il est possible de dormir dans un petit hostel confortable chaque soir. Nous pouvons donc marcher léger pendant 3 jours.

La nourriture

Nous avons prévu de quoi grignoter car même si les hostels sur la boucle proposent des lunch box complets, nous préférons n’acheter que les sandwichs en complément de nos propres snacks et boissons : eau, crackers, biscuits, bananes et mandarines (pour les 3 jours).

Les vêtements

Mieux vaut prévoir des tenues qui conviennent au chaud et au froid. Alors qu’en journée nous randonnons en short et T-Shirt, les matinées et les soirées sont frisquettes. À Quilotoa et autour de la lagune, le vent souffle fort et la température chute brusquement. On conseille donc d’emporter une tenue de marche légère et confortable et d’y ajouter des couches au besoin : sous-pull, polaire, veste coupe-vent ou éventuellement petite doudoune et collants (pour les frileuses comme Salomé).

Et d’autres petites choses

Il ne faut surtout pas oublier la crème solaire ! Si le soleil est au rendez-vous (ce que l’on souhaite de tout cœur), il tape fort.

L’anti-moustique peut aussi être utile. On pense souvent qu’il n’y a pas de moustiques en altitude. Et bien on en a croisé quelques-uns… et d’autres petites bêtes qui piquent non identifiées. Un bon répulsif anti-insectes permet de les tenir à distance.

Un jeu de carte, un bon bouquin, une liseuse, des dés… bref de quoi s’occuper une fois arrivé à l’hôtel.

Une batterie externe. À moins d’être fan du vieux plan papier, on recommande très très très fortement d’utiliser une application de cartes hors ligne sur téléphone (et on parle pas de belote ou de solitaire). Et pour cela, une batterie externe est indispensable car mine de rien, de vérifier le bon chemin toutes les 5 min, ça pompe.

Comment se repérer sur la boucle de Quilotoa ?

On vient de le dire, nous recommandons vivement de télécharger une application de cartes/navigation hors ligne sur son smartphone. Il en existe plusieurs mais nous sommes fidèles à la plus répandue parmi les routards : Maps.Me.

Utiliser Maps.Me nous a notamment permis de faire de petits détours pour atteindre de magnifiques points de vue indiqués dans l’appli. On était surtout contents d’avoir un GPS quand on a vu la qualité des plans fournis par les hostels à Latacunga ou sur la boucle (photocopie de photocopie de dessin à mains levés).

Bref sur la boucle de Quilotoa, Maps.Me est ton ami. 🙂

Où loger sur la boucle de Quilotoa ?

Comme on le disait plus haut, il est possible de loger dans de confortables petits hostels à chaque étape de la boucle de Quilotoa.

Nous reviendrons en détails sur nos hébergements dans la partie infos pratiques en fin d’article mais ce qu’il faut savoir c’est qu’il est préférable de réserver.

À Isinlivi il n’y a que 2 hostels. Les 2 établissements étaient complets lors de notre étape. Quelques jours plus tard, des amis ont voulu réserver la veille pour le lendemain : complet aussi. Ils ont alors dû zapper une étape.

À Chugchilan, l’hostel le plus populaire dispose de beaucoup de chambres. Il est donc probablement possible de passer en direct et de payer un petit peu moins cher qu’en réservant sur Booking mais si vous préférez jouer la sûreté, mieux vaut réserver.

À Quilotoa, l’offre hôtelière semble débordante. Nous n’avons fait que traverser le village mais nous avons été frappés par le nombre de guesthouses en construction. Il ne doit donc pas y avoir trop de problème pour se loger pour ceux qui souhaitent passer la nuit près de la lagune.

Pour celles et ceux qui préfèrent le calme, la bonne option est de dormir dans le petit village de Zumbahua à 12 km en dessous de Quilotoa. C’est ce que nous avons fait et nous le recommandons si, comme nous, vous voulez prolonger un peu votre séjour en la montagne avant de redescendre à Latacunga le lendemain matin.

Dans quel sens réaliser la boucle de Quilotoa ?

Voilà la question ultime ! Pour réaliser la boucle de Quilotoa en trois jours, deux options sont possibles.

  1. Sigchos – Isinlivi – Chugchilan – Quilotoa (ou Zumbahua)
  2. Quilotoa – Chugchilan – Sigchos – Isinlivi

L’option 1 est plus demandeuse physiquement car le dénivelé positif est plus important. En revanche, découvrir la lagune après trois jours de trek fait vite oublier la souffrance l’effort.

L’option 2 est plus relax puisque ça descend essentiellement mais attention, il y a de belles petites grimpettes tout de même.

À voir donc selon vos envies et votre condition physique. Évidemment, en tant que grands sportifs (ahum !), nous avons choisi de partir de Sigchos pour terminer en beauté avec la lagune de Quilotoa. Rentrons dès maintenant dans le vif du sujet.

Boucle de Quilotoa Jour 1 : De Sigchos à Isinlivi

Nous quittons notre appartement AirBnb en direction du terminal de bus de Latacunga. Avec la compagnie Reina de Sigchos, les horaires des bus pour Sigchos depuis Latacunga sont 5:00, 6:00, 8:00, 10:00, 12:00, 14:00, 16:00, 17:00, 19:00 et 20:00. Nous sommes allés récupérer l’information la veille pendant notre après-midi logistique/visite/glace.

Focus : la boucle de Quilotoa en 2 jours

Dans le bus pour Sigchos nous rencontrons Pierre et Fanny, un couple de Lillois qui parcourent l’Amérique Latine pendant un an. Ils ne disposent que de deux jours pour faire la boucle de Quilotoa. Ils ont donc décidé de zapper la première étape (Sigchos – Isinlivi) et de commencer à marcher depuis Isinlivi. Ça tombe bien puisque le bus pour Sigchos passe par Isinlivi.

Bon à savoir donc si vous aussi vous ne disposez que de deux jours au lieu de trois. Par contre, renseignez-vous bien sur la route qu’emprunte le bus pour aller à Sigchos. Une nouvelle route est actuellement en construction. Elle est ouverte en soirée et ne passe pas par Isinlivi. Il semble que l’ancienne route ne sera plus empruntée par les bus lorsque les travaux seront terminés.*

*Informations valables en juillet 2019

Arrivée à Sigchos : le début de l’aventure

Le bus nous dépose à Sigchos à 11H00. Nous entamons directement la randonnée. Rien de spécial à signaler pour cette première journée si ce n’est un petit doute à une intersection.

Il y a de nombreux panneaux tout le long de la randonnée. À une intersection, l’un de ces panneaux indique clairement de prendre à droite alors que Maps.Me indique de prendre à gauche. Après un rapide coup d’œil à la carte, nous suivons finalement le panneau. Plus loin sur l’itinéraire nous constatons qu’il va falloir traverser la rivière, or sur Maps.Me aucun pont n’est mentionné d’où le fait que l’application ne peut tracer le bon itinéraire. Arrivé sur place, il y a bien sur un petit pont qui nous attend.

Le reste en image :

Arrivée à Isinlivi tout en douceur

Nous arrivons à notre auberge à Isinlivi vers 14H00… intense comme journée de marche hein ?

Nous profitons de l’après-midi pour manger un Magnum, lézarder au soleil, apprendre les règles des dames chinoises, boire une petite mousse bien fraîche et papoter avec les nombreux français qui sont sur la boucle de Quilotoa en même temps que nous.

Boucle de Quilotoa Jour 2 : de Isinlivi à Chugchilan

Après le roboratif petit déjeuner servi à l’hostel, nous quittons Isinlivi à 9H00. Cette 2ème journée est un peu plus intense que la première surtout en terme de dénivelé mais nous sommes sous le charme de la campagne équatorienne et des paysages qui s’offrent à nous.

Petite particularité de l’itinéraire de cette 2ème journée :

Ce n’est pas mentionné sur les plans fournis par les hostels et ce n’est peut-être pas évident quand on regarde la carte, mais il y a deux chemins possibles, les deux balisés, pour aller de Isinlivi à Chugchilan. L’itinéraire A, celui que la plupart des gens prennent, passe par un joli point de vue pour accéder à un grand pont de bois. Il suffit de prendre à gauche à l’intersection 1.

Si on prend à droite, on est amené à l’intersection 2, mais le chemin vers la gauche est visiblement barré par quelques branches… Ce passage serait-il devenu dangereux ? Néanmoins, si vous continuez par la droite de l’intersection 2, vous emprunterez l’itinéraire B, qui longe la rivière. Celui-ci est un peu plus long que l’itinéraire 1 et il ne passera pas par le point de vue directement, mais en bonus vous aurez un chouette pont de bois qui n’est autre qu’un gros tronc. Une très bonne option donc si vous voulez tester vos talents de funambulisme !

De plus, si comme nous vous tenez vraiment à voir le point de vue de l’itinéraire A après avoir l’itinéraire B, rien ne vous empêche de monter le chemin orange. C’est raide, mais ça vaut le coup !

Petite Biquette admire une vallée de haut et Salomé au pieds d'un arbre gigantesque
Deux façons différentes de se sentir tout petit

Une fois redescendus au pont de bois, c’est reparti pour Chugchilan! On fait alors de belles rencontres niveau faune et flore. ^^

Petites chèvres sur le chemin vers Chugchilan
Adorable rencontre entre biquettes

À l’arrivée, évidemment il y a la petite récompense. #bonneexcuse

Et pour finir cette deuxième journée de marche en beauté, nous nous attaquons à un point de vue situé juste derrière l’auberge Cloud Forest. Cette petite balade complémentaire nous offre quelques-unes des plus belles vues des trois jours.

Boucle de Quilotoa Jour 3 : de Chugchilan à Quilotoa

Aujourd’hui nous quittons l’hostel pour atteindre enfin la belle lagune de Quilotoa. Cette troisième journée de rando est aussi la plus intense niveau effort puisqu’elle présente presque 1000 mètres de dénivelé positif sur 10km.

On s’affranchit relativement bien de cette dernière épreuve puisque nous mettons 5H comme les autres jours, pause déjeuner inclus.

Comme chaque jour, les paysages sont superbes si ce n’est plus.

Et quelle récompense que d’apercevoir enfin la lagune de Quilotoa après plus de 3H de grimpette intensive. Une fois au-dessus de la lagune, en prenant le chemin qui la contourne par la droite nous marchons encore 1H30 environ avant d’arriver au village de Quilotoa qui marque la fin du trek.

Fin de la Boucle de Quilotoa 

Une fois à Quilotoa, plusieurs options s’offrent à vous :

  1. S’il n’est pas trop tard, continuer la randonnée en entamant une partie du tour de la lagune ou en descendant au bord de l’eau… mais franchement après trois jours de marche dont les 1000 mètres de dénivelés positifs du matin, on s’en passera.
  2. Dormir à Quilotoa le soir et faire le tour de la lagune le lendemain.
  3. Dormir à Quilotoa le soir et prendre un bus pour Latacunga dès le lendemain matin.
  4. Prendre un bus pour Latacunga le jour même.
  5. Prendre un bus pour Zumbahua le jour même, dormir à Zumbahua le soir et prendre un bus pour Latacunga le lendemain matin.

On Joue les Prolongations à Zumbahua

Nous avons opté pour la dernière solution car nous n’étions pas sûrs de la fréquence des bus pour Latacunga en provenance de Quilotoa. En faisant quelques recherche sur le net, il semblait que les bus directs Latacunga – Quilotoa étaient rares, qu’il fallait généralement prendre un taxi de Quilotoa à Zumbahua puis de là attraper un bus pour Latacunga et vice-versa pour atteindre la lagune depuis Latacunga.

En réalité, la liaison directe quotidienne entre Latacunga et Quilotoa est très régulière. La route étant flambant neuve, on s’est dit que de récents travaux doivent y être pour quelque chose.

Mais ça on ne le savait pas avant d’y être. Nous avions donc déjà réservé une nuit à Zumbahua et rétrospectivement c’est très bien comme ça. Nous passons une très agréable soirée à l’hostel autour d’un bon repas en compagnie de Cristobal, un touriste espagnol et de la très sympathique famille qui tient l’établissement.

Épilogue

Le lendemain matin nous nous levons tôt pour prendre un bus pour Latacunga. L’objectif du jour est de récupérer nos sacs chez notre hôte Airbnb et d’attraper un bus pour Quito pour rejoindre la capitale dans l’après-midi au plus tard.

Mission accomplie puisque nous arrivons à notre auberge à Quito vers 13H. La capitale équatorienne n’est qu’une escale rapide avant de monter un peu plus vers le nord à Otavalo. Mais avant de continuer notre route, retrouvez la rubrique infos pratiques pour organiser au mieux votre trek sur la boucle de Quilotoa.

Infos Pratiques

Où dormir sur la boucle de Quilotoa ?

À Latacunga

Nous avons réservé une chambre avec salle de bain partagée sur Airbnb mais comme nous étions seuls nous avons profité de l’appartement pour nous tous seul. Les deux avantages de ce logement sont qu’il se trouve à 10 minutes à pieds du terminal de bus et que l’on peut y laisser nos sacs gratuitement et en toute sécurité pendant la boucle.

Si vous aussi vous souhaitez loger chez César c’est par là : Chambre super pratique pour organiser la boucle de Quilotoa.

À Isinlivi

Hostel Taita Cristobal : notre coup de cœur de la boucle de Quilotoa et pour cause. Cet établissement très soigné propose des chambre doubles avec salle de bain privative et ½ pension (petit déjeuner et dîner) pour 34 USD. Certes c’est supérieur à la moyenne de prix des hébergements en Equateur mais comme on l’a déjà précisé, il n’y a que deux auberges à Isinlivi et la deuxième était plus chère.

Nous avons beaucoup aimé la belle pelouse avec vue sur la montagne et lamas en bonus, la salle à manger conviviale où nous avons dégusté un excellent dîner et un copieux petit déjeuner et les hamacs où il fait bon se prélasser après une première journée de marche.

Lamas dans le jardin de l'hostel Taita Cristobal de Isinlivi
Petit bonus: les lamas dans le jardin

Pour le lendemain, l’auberge propose des lunch box pour 3 USD / personne ou des sandwichs à 1 USD.

À Chugchilan

Hostel Cloud Forest : cette vaste auberge a un peu le monopole de la boucle. Ce sont d’ailleurs eux qui ont placé la plupart des panneaux tout au long de l’itinéraire. Pour cela on les remercie.

Après l’hostel Taita Cristobal à Isinlivi, l’hostel Cloud Forest manque un peu de charme mais la prestation est tout à fait correcte. Pour 34 USD également (prix Booking), nous avions une grande chambre avec salle de bain privative et la demi pension. Par contre, attention lorsque l’on passe à la caisse ! La gérante a essayé de nous faire payer la taxe de 12% dont les touristes étrangers sont exempts. On lui a simplement signalé et elle a n’a pas insisté mais ce genre de situation nous met toujours un peu mal à l’aise.

Comme à l’hostel Taita Cristobal, Cloud Forest propose des lunch box pour 3 USD / personne ou des sandwichs à 1 USD.

L’offre hôtelière est plus large à Chugchilan qu’à Isinlivi mais sur Booking les autres établissements étaient encore plus chers. On peut également passer en direct mais après 5 à 6 heures de rando, on n’est pas forcément très motivés pour faire du porte à porte et négocier le prix d’une chambre.

À Zumbahua 

Hostal Kuyllur Ñán : un petit hostel tenu par une adorable famille. Que ce soit José le papa, Maria la maman ou Anna leur fille, tous les trois ont à cœur de vous faire passer le meilleur séjour possible. Ils proposent le dîner en sus tandis que le petit déjeuner est inclus dans le prix de la chambre. À n’importe quel moment de la journée on peut avoir de l’eau chaude pour un café ou une tisane.

Diner à l'hostel Kuyllur Ñán à Zumbahua
Le diner servi à l’hostel

Pour une chambre double avec salle de bain privative et la demi pension nous en avons eu pour 36 USD.

Les transports sur la boucle de Quilotoa

Voici un récapitulatif de nos trajets, des durées et du coût des transports sur la boucle de Quilotoa

TrajetDuréePrix
Latacunga – Sigchos3H (par l’ancienne route)2,30 USD / pers.
Quilotoa – Zumbahua15 min0,50 USD / pers.
Zumbahua – Latacunga2H1,50 USD / pers.

Voilà, nous avons fait à peut près le tour. On espère que cet article sera utile à toutes celles et ceux qui souhaitent réaliser la boucle de Quilotoa.

Bonne marche et à très vite à Otavalo !

Petite chèvre coincée sur une muraille
Ah ben ouai maintenant faut descendre
Facebook
Twitter
Pinterest

5 réponses à « La Boucle de Quilotoa en 3 Jours »

  1. PREM’S au commentaire ! Incroyable. Attention, Mum, tu perds du terrain.

    « TODOS SOMOS LA TRI »
    Moi aussi ! Et comment !
    Et même une double, Por Favor.

    Certaines photos de flore vues par Instagram sont stupéfiantes.

  2. La photo du grand pont de bois qui relie Sinlivi à Chugchilan me semble vous donner le modèle parfait pour construire celui qui doit permettra bientôt à Kaysersberg de rejoindre Gradignan.

  3. Chouette article 👏 tout est spectaculaire !! j’adore la petite chèvre on a envie de la prendre dans les bras ! Et top le bus avec vous 2 + minibiquette 😘

  4. La petite mappemonde à claquettes, dans son efficace sobriété témoigne bien du génie graphique du Nounet.
    C’est plutôt bien d’entretenir votre culture avec tous ces français de rencontre (on se met donc aussi à émigrer. La France contemporaine l’aurait bien cherché).
    Le relief équatorien est spectaculaire, original, et ces très belles photos en témoignent (adorables les petites chèvres et les moutons). Compliments aussi pour la créativité du bus « familial » et pour les « portraits » des lamas.
    Le dernier – pas honteux – commentateur d’ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *