Port Barton : Dernière Escale aux Philippines


Articles Récents, Philippines / jeudi, avril 11th, 2019

C’est à Port Barton, petit village de pêcheur en pleine mutation, que nous avons décidé de passer nos derniers jours aux Philippines.
Que faire pendant 3 jours à Port Barton ? On vous dit tout !

Faire un Island Hopping à Port Barton

Après 3 jours intenses de Island hopping à Balabac, on aspire à un peu plus de calme et de volupté. ˆˆ Du bateau oui, mais pépère !

Port Barton étant bien plus touristique que le sud de Palawan, les tours en bateau sont bien rôdés. Les différents points d’intérêt sont également plus proches les uns des autres. Pas besoin de faire 3 heures de banca sur une mer déchaînée pour accéder à une petite plage paradisiaque.

Dès notre 1er jour à Port Barton on rencontre Choc, un boatman très sympa qui nous vend une journée de Island hopping avec une facilité inouïe. Le prix est de 1200 PHP par personne, on part à 9H, on rentre à 16H. On va voir ci et ça, on mange là vers telle heure. Simple, clair et précis, exactement ce dont on avait besoin !

Bien évidemment, ce Island hopping n’a rien de comparable avec notre expérience à Balabac. Les spots sont bondés, les paysages ne sont pas aussi bluffants que dans le sud mais ça a quelque chose de reposant.

On se laisse porter toute la journée. Les trajets en bateau sont agréables, le repas de midi un régal et en dépit de l’affluence touristique on trouve tout de même quelques spots où l’on se sent (presque) seuls au monde. Petit coup de coeur pour Maxima Island, aussi connue sous le nom de Albaguen Island, et pour ses plages paradisiaques.

Salomé se balade le long de l'eau turquoise sur une plage déserte
Maxima Paradise Beach, la bien nommée

Le bilan : on a bien aimé notre Island hopping à Port Barton. Les plages sont agréables et les récifs coraliens magnifiques. Il ne faut pas être trop exigeant et accepter de côtoyer du touriste à certains moments de la journée et dans ce cas on passe un bon moment.

Un chemin de roche blanche semble mener à la mer turquoise
Sur Maxima Island, prenez le petit chemin rocheux qui monte…
Au travers de la végétation on aperçoit la mer turquoise et les récifs coraliens
… ça vaut le coup.

Lors de notre hopping, on a pu se gaver aussi niveau snorkeling. Les spots étaient vraiment pas mal !!

Un Séjour Résolument Plage

On ne va quand même pas passer nos derniers jours aux Philippines sans aller à la plage ! Ça tombe bien, Port Barton est la destination idéale pour un séjour balnéaire.

Le village est bordée d’une agréable plage de sable blanc d’où il fait bon admirer le coucher de soleil soit les pieds dans le sable soit installé en terrasse. Mais la plage de Port Barton n’est de loin pas la seule des environs… ni même la plus belle.

White Beach

A 2 km au sud de Port Barton, on découvre White Beach. Accessible à pieds, cette belle anse de sable blanc invite au farniente.

Comme souvent sur les plages Philippines, on retrouve des hamacs en bambou par-ci par-là. Nous jetons immédiatement notre dévolu sur l’un d’eux et élisons domicile pour la journée sur cette superbe plage.

Animation de balancement d'un hamac en vue subjective avec la mer derrière

Théoriquement White Beach appartient à un petit resort dont on aperçoit les bungalows un peu plus loin. L’accès à la plage est donc payant mais nous avons resquillé (sans même nous en rendre compte) en y entrant par l’extrémité nord. Une fois installés, personne n’est venu nous réclamé quoique ce soit et comme nous ne sommes pas partisans de la privatisation des plages, nous n’avons pas demandé notre reste.

Sylvain se balance sur une balançoire à White Beach
Y a aussi des balançoires pour les grands enfants !

Évidemment, Sylvain n’a pas pu s’empêcher de donner son bain à la petite caméra. Ça tombe bien ça valait le coup !

Coconut Beach

Notre plage coup de cœur de Port Barton ! Depuis le chemin vers White Beach nous avions déjà aperçu cette superbe plage et nous étions promis d’y revenir. C’est ainsi que nous passons notre dernier jour à Port Barton à lézarder sur le sable blanc de Coconut Beach.

Coconut Beach vue du haut avec la plage qui se dessine derrière d'immenses cocotiers

Là aussi de petits hamacs en bambou nous attendent pour le plus grand plaisir de Sylvain. Contrairement à White Beach, Coconut Beach est quasi déserte. La tranquillité à l’état pur à l’ombre d’un cocotier.

Salomé est allongée dans un hamac étendu entre deux cocotiers immenses, la mer en arrière-plan

L’accès à Coconut Beach est également payant mais lorsqu’on arrive le gamin qui collecte les frais d’entrée n’a pas de monnaie (comme d’hab aux Philippines). On lui propose de revenir plus tard en espérant qu’il parvienne à collecter assez de change au cours de la journée. Finalement lorsque l’on quitte la plage le soir, on décide de jouer à cache-cache avec le petit garçon et de partir sans payer… Rhoooo, c’est pas bon pour notre karma ça !

La Tranquillité à Port Barton : Concept en Voie d’Extinction

On peut encore chiller à Port Barton… mais pour combien de temps ?
Sur quelques blogs nous avons découvert un petit spot tranquille encore loin du tumulte touristique d’El Nido. Une fois sur place nous avons constaté que l’âge d’or de Port Barton est déjà révolu.

La mangrove et les nuages dorés se réfléchissent sur l'eau à marée basse
Crépuscule sur la mangrove de Port Barton

Les hébergement et autres commodités destinés aux touristes se multiplient à une vitesse fulgurante. La matin, impossible de dormir. Alors qu’en Asie ce sont les coqs qui vous réveillent à l’aube, à Port Barton, ce sont les travaux de guesthouses en construction.

À la gare routière, des vans et des bus entiers de touristes se déversent du matin au soir. Dans les quelques rues qui constituent Port Barton, on croise plus de touristes occidentaux que de locaux.

Pas encore de Chinois à l’horizon car les infrastructures sont encore un peu trop roots pour eux. Il ne serait toutefois pas étonnant que des investisseurs soient déjà entrain de lorgner sur un terrain dans le but de construire un gros complexe à même de satisfaire leurs standards touristiques.

On ne va pas cracher dans la soupe, nous avons passé un très agréable séjour à Port Barton, mais on tenait tout de même à faire un petit focus sur le devenir de ce petit village de pêcheur plus si tranquille.

Crabe devant la mer sur Coconut Beach
Le petit Sébastien contemple sa plage déserte, pensif. « À quand l’invasion chinoise ? » se dit-il.

Après le petit coup de gueule, passons aux infos pratiques parce que Port Barton avec un toit sur la tête et de quoi se nourrir c’est mieux !

Où loger à Port Barton ?

  • Tribal Xperience : un petit resort proposant quelques bungalows et des chambres avec salle de bain privative ou salle de bain commune. On a passé une nuit dans une chambre avec salle de bain commune. Prestation très correcte. Chambres et parties communes propres et fonctionnelles. Accueil très sympa. Le couple qui tient l’établissement discute volontiers avec les clients. Le petit dej est un peu cher pour la quantité mais le pain maison est excellent.
  • Vincent Lloyd’s Pension Hauz : 3 petites chambrettes accolées à une station de purification d’eau. Ce n’est pas l’hébergement le plus glamour que l’on ait eu depuis que l’on voyage mais les propriétaires sont adorables. Ils travaillent énormément, ça nous a scié : le mari est boatman et s’occupe de la station de purification. Son épouse est institutrice et elle s’occupe de la guesthouse et de la station de purification quand son mari est en mer. Du coup on en a appris plus sur les procédés de purification d’eau en Asie. Évidemment l’eau est gratuite mais aussi le café tout au long de la journée. Le ménage est fait tous les jours. Chambre et salle de bain impeccable !

Où manger à Port Barton ?

  • Big Mama : très bons burgers, ambiance cosy dans un décor soigné.
Un gros burger sur une planchette avec des frites maison
  • Pizza Gorgonzola : une institution à Port Barton ! Ce restaurant est connu pour ses gigantesques pizzas à partager. Bonne ambiance et décor soigné. Malheureusement lors de notre 2ème visite, la commande de Salomé a été zappée. Malgré un rappel, on a encore du attendre près d’une ½ heure supplémentaire. Lorsque le plat est finalement arrivé, Sylvain avait déjà fini de manger depuis longtemps et au bout de plus d’une heure d’attente, Salomé n’avait plus très faim. On a renvoyé le plat et demandé le remboursement pour aller se consoler avec une glace au Halo Halo.
Immense pizza coupée sur une planche
  • Gacayan Restaurant : le restau local plus si local que ça mais on y va parce que ça reste pas cher. La bouffe est ok mais le service est désastreux… en fait il n’y a pas de service. C’est juste une gargote victime de son succès et qui n’a pas su s’adapter à la demande. Ne soyez pas étonnés d’attendre près d’une heure pour une simple portion de riz et une omelette alors que vos voisins de table ont déjà terminé leur curry commandé 20 minutes après.
Une assiette avec des morceaux de saucisse, deux oeufs au plat en forme de coeur et du riz
Long Silog, simple et efficace. Parfait pour le p’tit déj’

Oui on l’avoue, on a un eu enchainé les échecs au niveau restau à Port Barton. Bah oui, on peut pas être au top tout le temps. ˆˆ

Prix des activités à Port Barton

  • Island hopping : 1200 PHP / jour / personne si l’on partage le bateau avec d’autres personnes. Nous avons découvert notre groupe le jour même : Kate, une anglaise très sympa qui est aussi la compagne de Choc, notre boatman + un groupe de jeunes Philippins de Puerto Princesa. Pour un Island hopping à 2 il est possible de privatiser un bateau plus petit pour 2500 PHP / jour / personne.

Pour commander votre Island hopping c’est très simple : passez par votre guesthouse ou allez directement parler à un rabatteur dans la rue s’il vous inspire confiance.

  • White Beach : 50 PHP / personne
  • Coconut Beach : 30 PHP / personne

Comment venir et quitter Port Barton ?

Venir à Port Barton depuis Puerto Princesa

  • En bus, au départ de la gare routière San José : départ à 8H45 – 250 PHP / personne. 3 à 4 heures de trajet.
  • En van, au départ de la gare routière San José : départ toute la journée. Se renseigner à la gare routière pour les horaires de départ. 350 PHP / personne. 2H30 à 3H de trajet.

Retourner à Puerto Princesa depuis Port Barton

  • En bus, pour la gare routière San José à 250 PHP / personne. Pour les horaires, se renseigner directement à la gare routière de Port Barton. 3 à 4H de trajet.
  • En van, il est possible d’aller jusqu’à la gare routière San José pour 350 PHP / personne ou jusqu’à l’aéroport pour 500 PHP / personne. 2H30 à 3H de trajet. Départs toute la journée. Se renseigner à la gare routière de Port Barton pour les horaires.

Le coup de la navette jusqu’à l’aéroport pour 150 PHP de plus par personne, c’est clairement de l’arnaque vu qu’il y a à peine 4 km entre la gare routière et l’aéroport. Mais si comme nous vous avez des pesos à liquider avant de quitter le pays c’est toujours plus simple que de courir après un tricycle à la gare routière.

Voilà, les Philippines c’est déjà fini…

On regagne maintenant Bangkok où l’on va rejoindre les copains venus de France pour les vacances. On vous donne donc rendez-vous toujours dans les îles, mais au sud de la Thaïlande cette fois-ci.

Facebook
Google+
http://laplaneteenclaquettes.com/3-jours-a-port-barton-avec-la-planete-en-claquettes
Twitter
Pinterest

6 réponses à « Port Barton : Dernière Escale aux Philippines »

  1. Dur,dur,pour moi de faire plus en flore en faune,en images merveilleuses j’espère que vous ne serez pas déçus par la suite de votre voyage !!note négative pour le garçon de la plage ce n’est pas votre genre d’agir ainsi 🤔

    1. Oui je pense qu’aux Philippines on a atteint l’apogée en terme de faune et de flore paradisiaques dans le registre « plage ». Maintenant on s’attaque au registre « montagne » en Amérique du sud, et pour l’instant on est pas déçu !

  2. Mon cher Sushi, en tant que ton parrain, je me suis inquiété comme toi du sort que te réserve désormais ton karma après ton escroquerie à Coconut Beach.
    Je me suis donc plongé en méditation afin de rejoindre Bouddha au nirvāṇa. Sa réponse quant à ta destinée bouddhiste est maintenant peu enviable ; tu te réincarnerais en mouton halal destiné à l’Aïd el-Kebir.
    Épouvanté par cette perspective, et pensant que ta barbe islamique prêche en ta faveur, je me suis tourné vers Mahomet pour savoir si sa peine ne serait tout de même pas plus enviable sous la jurisprudence de la charia. Le grand prophète m’annonça que tu ne serais pas privé des 72 vierges promis aux barbus qui arrivent au paradis, mais que tu serais émasculé de manière à demeurer sans moyen devant elles.
    J’ai trouvé que ce supplice éternel était tout de même bien sévère au regard du larcin commis.
    Je me suis alors rappelé que les haredim
    (ultra-orthodoxes juifs) portent eux aussi une grande barbe comme la tienne. J’ai vite saisi qu’il suffit de te coiffer en sus d’une kippa pour pouvoir plaider ta cause. Je me suis donc enquis auprès de Moïse de la peine que tu encourais sous sa loi. Bigre ! La description de ton séjour au Shéol ferait rêver de ton supplice chinois au paradis islamique.
    Restait évidemment l’ultime recours. Saint-Pierre. Il n’a pas la réputation d’être commode. Mais, par compassion pour toi, j’ai tout de même frappé à sa porte. Il m’a bien confirmé qu’il pourrait t’accorder son pardon, mais qu’en pénitence tu devrais exercer la fonction de premier ministre britannique pour réaliser le Brexit.
    Quand il vit que je me rebiffais contre une telle sévérité confinant à la cruauté, il me rappellera que le canon du sacrement de réconciliation permet aussi de se racheter en faisant le bien. Je lui ai suggéré auquel cas que, te trouvant en Argentine, tu pourrais inviter à danser Biquette sur le lieu de naissance du tango près des quais colorés du vieux port de Buenos-Aires. Il trouva mon idée géniale – la modestie est diabolique ! – et me conseilla de te transmettre ma suggestion.
    Mission accomplie.
    À toi d’accomplir la tienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *